Publié

ImmigrationNouvel afflux massif de migrants depuis l'Afrique

Pas loin de 4000 migrants ont été secourus ce week-end au large des côtes libyennes ainsi qu'au large de l'Egypte. Au total, 17 embarcations ont été secourues, selon les gardes-côtes italiens.

Pas loin de 4000 migrants ont été secourus ce week-end en Méditerranée. (Photo d'illustration)

Pas loin de 4000 migrants ont été secourus ce week-end en Méditerranée. (Photo d'illustration)

Reuters

Dimanche après-midi, plusieurs opérations de secours étaient toujours en cours au large de la Libye, selon les gardes-côtes. Les autorités italiennes ont précisé qu'aucun bateau n'avait chaviré. Les opérations de surveillance et de sauvetage se poursuivaient parce que les passeurs profitaient des bonnes conditions météo.

Les secours ont trouvé plusieurs personnes décédées parmi les migrants en détresse sur plusieurs bateaux, notamment dans des canots pneumatiques, tandis qu'au moins trois hommes sont morts en se jetant à l'eau pour monter à bord d'un navire de secours.

La marine militaire italienne a pour sa part annoncé sur Twitter que son patrouilleur «Bettica» avait secouru dimanche plus de 400 migrants, dont une soixantaine de femmes et une quinzaine de mineurs, à bord de deux embarcations. Les nationalités des migrants n'ont pas été annoncées dans l'immédiat.

La veille, les gardes-côtes italiens ont coordonné le sauvetage de près de 3700 migrants. Lors de leurs deux dernières journées «très chargées», les gardes-côtes avaient déjà coordonné le sauvetage de 3791 migrants le 12 avril et de 2850 le 13 avril dernier.

Mobilisation internationale

Pour la première fois, le patrouilleur français «Commandant Birot», envoyé la semaine dernière pour renforcer le dispositif européen en Méditerranée, a participé samedi aux opérations. Il a secouru 219 migrants qui se trouvaient à bord de trois embarcations.

Le patrouilleur était attendu dimanche en fin d'après-midi au port de Crotone, en Calabre, dans le sud de l'Italie, où les migrants et les deux passeurs présumés doivent être pris en charge par les autorités italiennes.

En plus du patrouilleur français, les opérations de samedi ont mobilisé 4 navires des garde-côtes italiens, deux navires de la marine italienne, deux cargos, deux navires de la police douanière italienne et deux remorqueurs.

Certains des autres migrants secourus samedi sont arrivés dans la nuit de samedi à dimanche sur l'île italienne de Lampedusa, la plus proche des côtes africaines, tandis que la plupart devaient débarquer entre dimanche et lundi en Sicile et dans le sud du pays.

Ainsi, la frégate «Bersagliere» de la marine militaire était attendue lundi à Reggio de Calabre à la pointe sud de la Botte, avec à bord 779 migrants, dont plus d'une centaine de femmes et des mineurs.

Depuis l'Egypte

Par ailleurs, trois migrants qui cherchaient à gagner l'Europe en traversant la Méditerranée sont morts dans le naufrage de leur embarcation samedi au large de l'Egypte, a-t-on appris dimanche de sources proches des services de sécurité égyptiens.

Une trentaine d'autres passagers ont pu être secourus et ont été placés en état d'arrestation par les autorités égyptiennes. Il s'agit de 13 Syriens, 15 Soudanais, deux Erythréens et un Egyptien, selon le site internet du journal «Al Ahram». Les migrants voulaient gagner la Grèce depuis le port d'Idkou, à 40 km à l'est d'Alexandrie.

L'UE mise sur Triton

A la suite d'une série de naufrages ayant fait plus de 1200 morts au mois d'avril, les dirigeants européens ont décidé de renforcer la présence de l'UE en mer en triplant le budget de l'opération Triton, qui était jusqu'alors de 3 millions d'euros par mois.

Ce programme géré par Frontex, l'agence européenne de contrôle des frontières, avait supplanté «Mare Nostrum», l'opération italienne nettement plus ambitieuse mise en place une année plus tôt. Rome coordonne l'opération Triton, qui mobilise 13 bâtiments au total.

L'Italie estime que 200'000 migrants pourraient arriver sur son sol cette année, soit 30'000 migrants de plus que l'année dernière.

(ats)

Ton opinion