04.07.2019 à 15:14

SuisseNouvel épisode dans l'affaire Karimova

Gulnara Karimova, fille de l'ancien président ouzbèk, a obtenu gain de cause au Tribunal pénal fédéral sur ses fonds bloqués. Mais elle ne peut toujours pas les utiliser.

Gulnara Karimova est actuellement détenue dans une prison près de Tachkent.

Gulnara Karimova est actuellement détenue dans une prison près de Tachkent.

Keystone

Gulnara Karimova, fille de l'ancien président ouzbèk, a obtenu une victoire partielle dans l'affaire de blanchiment d'argent dans laquelle elle est présumée impliquée. Le Tribunal pénal fédéral (TPF) a jugé qu'elle était en droit de s'opposer à la confiscation de fonds que la Suisse a bloqués.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) avait bloqué quelque 350 millions de francs de Takilant SA. Cet argent ne pourra donc pas être utilisé pour payer l'amende infligée à l'assistante et au mari de Mme Karimova. La décision émane de la Cour des plaintes du TPF, a indiqué jeudi Le Temps et dont Keystone-ATS a obtenu confirmation.

Le MPC avait condamné ces deux personnes pour blanchiment du produit de la corruption et faux dans les titres. Elles avaient écopé de peines pécuniaires de 130 jours-amendes à 3000 francs le jour, soit 390'000 francs chacune.

Mme Karimova ne peut toutefois pas user de cet argent. La société Takilant doit d'abord être réenregistrée au registre du commerce de Gibraltar. L'avocat de Mme Karimova a entrepris les démarches nécessaires. En attendant, la procédure devant le Tribunal pénal fédéral reste suspendue.

Victoire importante

Pour ses avocats, Grégoire Mangeat et Fanny Margairaz, il s'agit d'une décision d'étape: «Des trois victoires que nous avons obtenues récemment pour notre cliente devant le TPF, celle-ci est sans doute la plus importante.»

«Gulnara Karimova devrait désormais pouvoir faire entendre ses arguments sur le fond. Or ceux-ci ne manquent pas: tant l'existence de crimes préalables en Ouzbékistan que l'origine illicite des fonds séquestrés en Suisse sont loin d'avoir été démontrées», ont ajouté les avocats.

«Nous rappelons à cet égard que les seuls juges s'étant déjà penchés sur ces questions sont les juges suédois, et qu'ils ont écarté la thèse d'une femme agent public corrompue, retenant simplement que notre cliente avait été une femme d'affaires influente.»

La fille de l'ancien président décédé en 2016 est actuellement détenue dans une prison près de Tachkent. Les autorités ouzbèques mènent une enquête pénale contre elle. (Arrêt BB.2019.28-A du 01.07.2019)

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!