Trains: Une offre sur les rails pour remplacer la carte journalière
Publié

TrainsUne offre sur les rails pour remplacer la carte journalière

Le Conseil fédéral annonce qu’une nouvelle offre sera mise à disposition des communes et des villes en 2024 afin de remplacer la carte journalière CFF qui va disparaître.

par
Christine Talos
La carte journalière, qui donne accès à tous les moyens de locomotion du pays, existe depuis 2003.                                                                      

La carte journalière, qui donne accès à tous les moyens de locomotion du pays, existe depuis 2003.

La carte journalière, qui donne accès à tous les moyens de locomotion du pays, existe depuis 2003. 

Annoncée en février dernier, la disparition fin 2023 de la carte journalière CFF, proposée à tarif préférentiel par des milliers de communes en Suisse, a fâché de nombreux utilisateurs. Au point que la conseillère nationale Laurence Fehlmann Rielle (PS/GE) a interpellé le Conseil fédéral à son sujet. Elle demandait au gouvernement de justifier la disparition de cette carte très prisée qui s’est même vendue l’an dernier à 73% malgré le Covid. Elle se demandait aussi si cette décision n’était pas en contradiction avec la volonté de promouvoir les pouvoirs publics à prix abordables.

Dans sa réponse publiée ce mardi, le Conseil fédéral rappelle que si le sésame CFF, qui existe depuis 2003, disparaît, c’est parce qu’il coûte cher au niveau administratif «vu la multiplicité des règlements d’achat dans les différentes communes». Il rappelle qu’avec les billets dégriffés et la numérisation des titres de transport, la carte journalière a perdu de son attrait et n’est plus moderne.

Mais le Conseil fédéral promet une nouvelle offre «qui sera mise à disposition des communes et des villes en exclusivité à partir de 2024». La future carte journalière est en train d’être développée par Alliance SwissPass en collaboration avec l’Association des communes suisses et l’Union des villes suisses, explique-t-il. Une déclaration d’intention confirme «leur volonté de poursuivre cet engagement stratégique», rassure-t-il.

Votre opinion