Tessin: Nouvelles arrestations au Service des migrations

Actualisé

TessinNouvelles arrestations au Service des migrations

L'affaire de corruption dans l'administration cantonale prend de l'ampleur. Huit interpellations ont déjà eu lieu.

Une employée du service et un collaborateur d'un organe cantonal d'exécution sont notamment accusés d'avoir violé le secret de fonction.

Une employée du service et un collaborateur d'un organe cantonal d'exécution sont notamment accusés d'avoir violé le secret de fonction.

Keystone

Le cercle des suspects s'agrandit dans l'affaire de corruption qui touche le Service des migrations tessinois: deux nouvelles personnes ont été arrêtées lundi. Au total, huit interpellations ont eu lieu.

Une employée du Service, âgée de 49 ans, et un collaborateur d'un organe cantonal d'exécution, âgé de 24 ans, sont soupçonnés d'avoir violé le secret de fonction, a indiqué mardi le Ministère public tessinois. Après avoir été entendus, ils ont pourtant été relâchés.

Le directeur du Département des institutions, le conseiller d'Etat Norman Gobbi (Lega), a à nouveau fortement condamné les faits. Il déplore que les fonctionnaires abusent de la confiance des citoyens et de l'administration cantonale. Il promet que cette affaire sera réglée dans la plus grande transparence.

Employé suspendu

Un employé du Service des migrations de 28 ans, interpellé la semaine dernière, a été suspendu, a précisé le gouvernement. Une procédure disciplinaire a en outre été ouverte à son encontre.

Avec lui, cinq personnes ont été arrêtées la semaine dernière. Ils sont accusés de vol, corruption et d'infraction à la loi fédérale sur les étrangers.

Au centre de toute cette affaire: un homme de 25 ans. Celui-ci était propriétaire d'une entreprise de construction dans la région de Bellinzone. Avec ses acolytes, il a transmis des autorisations de séjour au Tessin et dans d'autres cantons à des étrangers qui n'en avaient pas le droit. Il aurait empoché plusieurs milliers de francs.

Audit interne

L'affaire de corruption touchant le Service des migrations tessinois doit être entièrement élucidée. Le gouvernement veut ouvrir un audit interne immédiatement, a-t-il annoncé mardi lors d'une conférence de presse à Bellinzone.

(ats)

Ton opinion