16.12.2016 à 12:00

ZurichNouvelles inculpations dans l'affaire des ripoux

L'enquête, lancée en 2013, sur la corruption de fonctionnaires de police dans le milieu de la prostitution progresse toujours.

1 / 7
Razzia au Chilli's: dans ce club de la Müllerstrasse à Zurich, neuf personnes ont été arrêtées. ( Mardi 12 novembre 2013)

Razzia au Chilli's: dans ce club de la Müllerstrasse à Zurich, neuf personnes ont été arrêtées. ( Mardi 12 novembre 2013)

Simon Eppenberger
Après des perquisitions chez les personnes arrêtées, cinq membres de la police municipale zurichoise ont été mis sous les verrous.

Après des perquisitions chez les personnes arrêtées, cinq membres de la police municipale zurichoise ont été mis sous les verrous.

Simon Eppenberger
Le Chilli's se trouve dans le dénommé Triangle des Bermudes dans le célèbre quartier chaud de la Langstrasse à Zurich.

Le Chilli's se trouve dans le dénommé Triangle des Bermudes dans le célèbre quartier chaud de la Langstrasse à Zurich.

Simon Eppenberger

L'affaire de corruption au sein de la police des moeurs de Zurich, révélée en 2013, vient d'aboutir à deux nouvelles inculpations.

Le Ministère public met en accusation deux policiers, dont l'un pour corruption passive, abus de fonction, violation du secret de fonction et pornographie illégale.

Le scandale avait éclaté en novembre 2013 lors d'une razzia survenue dans le milieu de la prostitution. Quatre policiers sont mis en cause pour avoir transmis des informations confidentielles en échange de prestations sexuelles, de boissons et de repas gratuits. L'un d'entre eux a été condamné en juin dernier à 14 mois de prison avec sursis.

Recourant mal inspiré

Le Ministère public avait condamné un autre policier par ordonnance pénale, en mai 2015, à une peine pécuniaire de 9000 fr. avec sursis pour avoir transmis des informations confidentielles à des tiers en échange de prestations sexuelles, notamment. Ce dernier a toutefois fait recours. Il sera donc jugé devant un tribunal.

Dans ce même cas, le Ministère public a approfondi son enquête pour rédiger l'acte d'accusation. Il a pu analyser des données qui avaient été effacées sur le téléphone portable du prévenu. Elles contenaient des clips pornographiques au contenu illégal.

Au final, ce fonctionnaire de police est inculpé de corruption passive multiple, abus de fonction multiple, violation du secret de fonction multiple et pornographie. L'autorité d'enquête requiert désormais une peine alourdie de 11 mois de prison avec sursis, assortie d'une amende de 3000 francs.

Autre cas apparu dans l'enquête

L'autre prévenu inculpé ces derniers jours ne fait entre-temps plus partie de la police municipale. «Nous sommes tombés sur lui dans le courant de l'enquête seulement», explique à l'ats la porte-parole du Ministère public Corinne Bouvard.

Cet homme est mis en accusation pour acceptations répétées d'un avantage. On lui aurait promis voyages, vêtements, bijoux, argent et prestations sexuelles, à lui-même ainsi qu'à un membre de la police des moeurs, faveurs dont il aurait partiellement bénéficié. Le Ministère public requiert contre lui une peine pécuniaire de 120 jours amende à 100 francs avec sursis, assortie d'une amende de 1000 francs.

Une quatrième procédure n'est pas encore bouclée dans l'affaire. Elle concerne un autre policier.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!