Terrorisme: Nouvelles menaces contre «Charlie Hebdo»

Publié

TerrorismeNouvelles menaces contre «Charlie Hebdo»

Le parquet de Paris a ouvert une enquête à la suite de nouvelles menaces adressées à la rédaction de «Charlie Hebdo» sur son site Facebook, a-t-on appris vendredi de source policière.

1 / 108
De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo» et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts. (Jeudi 5 janvier 2017)

De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo» et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts. (Jeudi 5 janvier 2017)

AFP
Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme». (Samedi 27 août 2016)

Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme». (Samedi 27 août 2016)

AFP
On apprend que les armes d'Amédy Coulibaly, qui lui ont permis d'assassiner 5 personnes, ont été livrées sous surveillance de la gendarmerie de Lille par un de ses indics. (mardi 31 mai 2016)

On apprend que les armes d'Amédy Coulibaly, qui lui ont permis d'assassiner 5 personnes, ont été livrées sous surveillance de la gendarmerie de Lille par un de ses indics. (mardi 31 mai 2016)

AFP

La direction du journal satirique a porté plainte contre X. Elle a reçu une soixantaine de messages menaçants, selon Le Parisien, qui a révélé l'information. L'un des messages le menace d'un attentat prochain.

L'enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne, a précisé la source policière.

Le parquet de Paris avait déjà ouvert une enquête le 22 juin après une précédente plainte de la rédaction de Charlie Hebdo, également liée à des menaces.

Les nouvelles menaces ont été postées après, notamment, la «une» du dernier numéro de Charlie Hebdo appelant les musulmans à se «décoincer».

Le journal, dont huit membres de la rédaction ont été tués le 7 janvier 2015 par deux assaillants se réclamant d'Al Qaïda dans la péninsule arabique, avait été la cible de menaces répétées après la publication de caricatures de Mahomet, en 2006.

La rédaction de Charlie hebdo fait l'objet d'une protection renforcée depuis l'attentat de janvier 2015.

(ats)

Ton opinion