Yémen: Nouvelles négociations à bord d'un navire
Publié

YémenNouvelles négociations à bord d'un navire

L'ONU va accueillir de nouvelles négociations de paix sur le Yémen à bord d'un navire en mer Rouge.

1 / 150
Afin de prévenir la propagation de la pandémie, la coalition militaire menée Ryad observera un arrêt des combats dès jeudi. (7 avril 2020)

Afin de prévenir la propagation de la pandémie, la coalition militaire menée Ryad observera un arrêt des combats dès jeudi. (7 avril 2020)

AFP
La coalition menée par l'Arabie saoudite a visé lundi des sites de missiles balistiques et de drones de rebelles houthis à Sanaa. (30 mars 2020)

La coalition menée par l'Arabie saoudite a visé lundi des sites de missiles balistiques et de drones de rebelles houthis à Sanaa. (30 mars 2020)

AFP
La guerre au Yémen a un «impact dévastateur» sur la santé mentale des enfants, selon l'ONG Save the Children. (23 mars 2020)

La guerre au Yémen a un «impact dévastateur» sur la santé mentale des enfants, selon l'ONG Save the Children. (23 mars 2020)

AFP

Le chef de la mission de l'ONU au Yémen va accueillir à bord d'un navire des discussions cruciales entre le gouvernement et les rebelles Houthis, pour consolider un cessez-le-feu.

L'ex-général néerlandais Patrick Cammaert est monté samedi à bord de cette embarcation pour aller chercher la délégation gouvernementale à un point de rencontre en mer Rouge. Il est ensuite revenu au port de Hodeida pour attendre les émissaires Houthis qui doivent arriver dimanche, ont déclaré les Nations unies dans un communiqué.

Les belligérants doivent évoquer les prochaines étapes de la mise en oeuvre de l'accord conclu en Suède en décembre, qui prévoit un cessez-le-feu à Hodeida. «Les parties vont reprendre les discussions sur la mise en oeuvre du redéploiement des forces» dans cette ville portuaire de l'ouest du Yémen «et la facilitation des opérations humanitaires», a précisé l'ONU.

Il s'agit de la troisième réunion du comité mixte de suivi de l'accord, salué comme un pas majeur en vue d'une résolution diplomatique au conflit.

Civils prisonniers

Le gouvernement, soutenu militairement par l'Arabie saoudite, et les Houthis, appuyés par l'Iran, se sont accusés mutuellement de violer la trêve, tandis que le redéploiement de forces et un échange de prisonniers ont dû être repoussés.

Les civils de Hodeida, principal point d'entrée des importations et de l'aide humanitaire au pays, sont pris entre un cessez-le-feu régulièrement violé et la perspective d'un conflit encore plus sanglant si la trêve vole en éclats.

Le conflit au Yémen a fait au moins 10'000 morts depuis qu'une coalition militaire menée par Ryad est intervenue en mars 2015 pour soutenir le gouvernement, selon l'Organisation mondiale de la santé. La guerre a mis 14 millions de Yéménites au bord de la famine dans ce que les Nations unies qualifient de pire crise humanitaire dans le monde.

(ats)

Votre opinion