Football: Numa Lavanchy: «Chez nous, il n’y a pas d’ego surdimensionné»
Publié

FootballNuma Lavanchy: «Chez nous, il n’y a pas d’ego surdimensionné»

Le Vaudois s’épanouit sous le maillot du FC Lugano. Bientôt papa, le latéral du Cornaredo évoque ce qui fait la réussite de l’équipe tessinoise, attendue dimanche à Sion.

par
Nicolas Jacquier
Depuis son arrivée à Lugano voici bientôt deux ans, 
Numa Lavanchy a disputé 64 matches, inscrit déjà 5 buts et offert 8 passes décisives.

Depuis son arrivée à Lugano voici bientôt deux ans,
Numa Lavanchy a disputé 64 matches, inscrit déjà 5 buts et offert 8 passes décisives.

Freshfocus

Arrivé à Lugano en février 2019 en provenance de Grasshopper, Numa Lavanchy (27 ans) s’y sent bien. Le Vaudois du Cornaredo, qui s’est rapidement imposé comme un cadre de l’équipe tessinoise, vient d’ailleurs de prolonger son bail jusqu’au 30 juin 2022 en vertu d’une clause spéciale contenue dans son contrat, liée au nombre de matches disputés. «Cela s’est fait naturellement, c’est une sorte de prolongation automatique», précise-t-il.

La force du groupe

Pour le FC Lugano de Maurizio Jacobacci, 2020 - avec 45 points récoltés en 10 victoires et 15 nuls - restera comme un excellent millésime, pour peu de faire bien sûr abstraction de la pandémie. «Sportivement, détaille Lavanchy, on a vécu une bonne année. On s’en est vraiment sorti comme équipe. Il existe une vraie solidarité. On est tous impliqués, chacun d’entre nous se sent concerné. Chez nous, il n’y a pas dego surdimensionné ou ce genre de problèmes à gérer. On vit bien tous ensemble. Le Covid a encore renforcé nos liens.»

«Quand je jouais à Grasshopper, je détestais jouer contre Lugano parce que l’on y sentait déjà un véritable état d’esprit»

Numa Lavanchy, défenseur du FC Lugano

Solidarité, voilà bien le maître mot qui semble caractériser le FC Lugano depuis maintenant plusieurs années. «Je pense que c’est un peu notre marque de fabrique, confirme son latéral. Quand je jouais à Grasshopper, je détestais jouer contre Lugano parce que l’on y sentait déjà un véritable état d’esprit. Aujourd’hui, je m’épanouis à mon tour dans ses valeurs. Je suis un joueur d’équipe. C’est du reste comme cela que j’ai toujours fonctionné

Durant la pause, Numa Lavanchy est sagement resté au Sud des Alpes. S’il a renoncé à retrouver ses amis à Lausanne durant les Fêtes, c’est pour une excellente raison qui va radicalement changer sa vie dans quelques semaines.

«On a profité de la pause pour préparer la chambre du bébé. On a tout pu terminer avant la fermeture des magasins»

Numa Lavanchy, défenseur du FC Lugano

«Mon amie est enceinte, on va être les parents d’un petit gars attendu pour le début février. Donc on a préféré tranquillement rester chez nous à la maison afin d’épargner à ma compagne les fatigues du voyage. On a profité de la pause pour préparer la chambre du bébé. On a tout pu terminer avant la fermeture des magasins non essentiels.»

Un défenseur qui sait aussi marquer

A Lugano, le footballeur Lavanchy ne se contente pas de défendre. Avec déjà 5 réussites inscrites sous les couleurs bianconeri, il a en même temps confirmé ses talents de finisseur – il en est à 30 buts marqués dans sa carrière. De quoi envisager une prochaine reconversion? «En aucun cas, répond notre interlocuteur. Il se trouve que la manière dont l’on joue me transforme parfois en ailier. Je suis de toute manière plus à l’aise quand je peux partir de loin. Éliminer un adversaire dans un petit périmètre n’est pas mon point fort. J’ai davantage besoin d’espaces pour m’exprimer

Attendu dimanche à Tourbillon, le visiteur tessinois, 5e à la pause mais à un seul point du podium, se retrouve un peu à la croisée des chemins. «On a fait de bonnes choses jusque-là, ce serait bête de tout gaspiller. Avec nos deux matches en retard (ndlr: contre Sion et Young Boys), l’objectif est de s’installer dans le wagon de tête.»

«C’est la nouvelle normalité, on n’a pas d’autres choix que de s’y faire même si l’absence de nos fans nous manque»

Numa Lavanchy, défenseur du FC Lugano

Comme tout le monde, le Vaudois a appris à vivre au temps du Covid. «Je me suis aperçu que de me lamenter ne servait à rien. C’est la nouvelle normalité, on n’a pas d’autres choix que de s’y faire, même si l’absence de nos fans nous manque terriblement. Mais j’avoue ne jamais avoir pensé que l’on arriverait là et surtout que cette crise durerait aussi longtemps. Lorsque l’on voyageait à l’étranger, et que l’on voyait des personnes masquées, on se disait que ce n’était pas pour nous. Et regardez le résultat depuis maintenant une année

Le retour à nos vies passées n’en sera, le moment venu, que plus appréciable.

Votre opinion

12 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Marut Yikan

16.01.2021, 10:15

La présence de ce très faible Lugano a ce niveau là, rappelle la grande faiblesse actuelle de notre Superleague. Derrière Yb et Bale, même moyens actuellement, c’est vraiment le néant.

Luganesi au complet

16.01.2021, 08:45

Un post et 7 likes de pro Lugano. Ça s’est tous les fans de Lugano sont venus sur la page du Matin.

Contre la péréquation fédérale

15.01.2021, 16:52

Allez Lugano !