Actualisé

France-SuisseNuria Gorrite rencontrera Emmanuel Macron

Le président français avait rendez-vous le 3 juillet avec Doris Leuthard, mais il lui a posé un lapin. Du coup, la première élue suisse qu’il verra sera la présidente du Conseil d’État vaudois.

par
Fabiano Citroni
Le président Emmanuel Macron a posé un lapin à Doris Leuthard , mais il rencontrera lundi 10 juillet Nuria Gorrite.

Le président Emmanuel Macron a posé un lapin à Doris Leuthard , mais il rencontrera lundi 10 juillet Nuria Gorrite.

DR

Emmanuel Macron devait s’entretenir avec Doris Leuthard, présidente de la Confédération, lundi 3 juillet, mais il a annulé le rendez-vous. Il a préféré s’exprimer devant le Parlement français, réuni en congrès à Versailles. Leur rencontre pourrait avoir lieu en septembre. La première élue suisse à avoir le privilège de discuter avec Emmanuel Macron sera alors une autre présidente. Celle du Conseil d’État vaudois, Nuria Gorrite. Ils feront connaissance lundi 10 juillet à Lausanne.

Pourquoi le président Macron passera-t-il deux jours dans cette ville, lundi et mardi ? En fait, il vient défendre la candidature de Paris, qui espère organiser les Jeux olympiques de 2024. La capitale française est en compétition avec Los Angeles. Il se murmure que les deux villes pourraient l’emporter: l’une hériterait des JO de 2024, l’autre des JO de 2028.

Emmanuel Macron, accompagné, semble-t-il, de son épouse, Brigitte, mais aussi d’Anne Hidalgo, maire de Paris, et de Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d’Île-de-France, arrivera donc à Lausanne lundi en fin d’après-midi. Il sera accueilli par Thomas Bach, président du Comité international olympique (CIO), qui lui fera visiter le Musée olympique après en avoir fait de même quelques heures plus tôt avec la délégation américaine. Les autorités politiques vaudoises participeront à cette visite. La délégation du Conseil d’État sera composée de Nuria Gorrite, de Pascal Broulis et de Philippe Leuba. La Ville de Lausanne, elle, sera représentée par Pierre-Antoine Hildbrand et Jean-Yves Pidoux.

Après la visite du Musée olympique, le président du CIO conviera les représentants des villes candidates (Paris et Los Angeles) à un repas à l’Hôtel Beau-Rivage, dont la cuisine est dirigée par la cheffe française Anne-Sophie Pic. Il est prévu que le président Macron soit présent. Les autorités vaudoises aussi. Selon nos informations, Thomas Bach a en effet invité Nuria Gorrite ainsi que Grégoire Junod, syndic de Lausanne.

Contactée, la présidente du Conseil d’État vaudois confirme avoir été conviée à ce dîner par le président du CIO. «C’est un honneur pour le canton de Vaud de recevoir les délégations de Paris et de Los Angeles et de faire en sorte que leur séjour se passe bien», explique l’élue socialiste. Sera-t-elle assise à la même table qu’Emmanuel Macron ? Nuria Gorrite indique qu’elle ne le sait pas encore. Mais on peut imaginer que, si l’occasion se présente, elle ne manquera pas d’aborder les questions fiscales et de mobilité avec lui.

La journée de mardi sera déterminante pour les villes de Paris et de Los Angeles. Elles passeront un grand oral devant les membres du CIO, qui sera suivi d’une séance de questions-réponses. Emmanuel Macron, qui soutient la candidature de Paris depuis son arrivée au pouvoir – il a encore participé aux Journées olympiques organisées il y a deux semaines à Paris – pourrait prendre la parole à cette occasion devant les membres du CIO. Il devra ensuite patienter jusqu’à l’automne pour savoir si son travail a porté ses fruits. C’est le 13 septembre, en effet, que le CIO dévoilera le nom des villes lauréates.

Votre opinion