04.08.2019 à 22:35

Nuzzolo, l'arbre qui cache la forêt xamaxienne

Contre St-Gall, le club neuchâtelois a montré de l’envie offensivement mais il aura besoin d’autres buteurs pour se maintenir.

L’état d’esprit affiché dimanche par les hommes de Joël Magnin a été récompensé par un nul qu’on peut qualifier de méritant. En revanche, il ne masque pas un double constat. Xamax n’ayant que peu la possession du ballon, il se doit de faire preuve d’une efficacité maximale pour que les occasions se concrétisent en buts et donc en points.

Les Neuchâtelois doivent aussi se trouver d’autres joueurs capables de marquer. Et ainsi éviter de devenir dépendants de leur prolifique attaquant Raphaël Nuzzolo, auteur des trois réussites xamaxiennes cette saison. L’unique buteur de la Maladière aura besoin de renfort dimanche prochain à Zurich, si Xamax veut éviter d’hériter de la lanterne rouge du FCZ.

Sursaut neuchâtelois

Dimanche, les Neuchâtelois ont compensé ce manque de profondeur offensive par une solidarité collective. Plutôt que de rendre les armes après avoir encaissé l’ouverture du score sur une splendide reprise de volée de Victor Ruiz (33e), Xamax a montré qu’il avait du caractère. Car la réussite saint-galloise est tombée alors que les Neuchâtelois s’étaient créés deux dangereuses occasions de but en début de match. Mais aussi bien Nuzzolo (1e) que Seferi (18e) se sont montrés trop brouillons devant le but pour semer le doute dans la tête de leur adversaire.

Tombeurs de Bâle à Saint-Jacques (2-1) une semaine plus tôt, les Brodeurs se présentaient déjà à la Maladière en pleine confiance. Alors, Xamax aurait pu craquer face à sa bête noire, qui lui avait infligé quatre défaites la saison passée. En bon capitaine, Walthert a repoussé la frappe de Bakayoko (45e). Une action qui mettait en lumière les approximations de la défense xamaxienne, parfois encore bien fébrile. Mais qui permettait surtout aux locaux de ne pas sombrer juste avant la mi-temps.

Des Xamaxiens portés vers l'avant

En revenant des vestiaires, Xamax a montré la même envie offensive qu’en début de match: «Je leur ai dit d’y croire, de montrer un visage positif d’emblée», confiait le coach Joël Magnin au terme de la rencontre. Au lieu de se désarmer, Neuchâtel Xamax a ainsi pu se relancer grâce à son artificier maison Raphaël Nuzzolo. L’expérimenté attaquant (36 ans) a placé une tête imparable (47e), signant son troisième but en autant de rencontres.

Suite à cette égalisation méritée et comme on aurait pu pourtant le craindre, Xamax ne s’est pas replié en défense pour assurer le nul. Bien que son adversaire ait été globalement meilleur dans le jeu, les Neuchâtelois ont eu le mérite de se porter vers l’avant pour tenter d’obtenir un premier succès cette saison. Seul à cinq mètres de la cage saint-galloise, Thibault Corbaz aurait même pu (ou dû) donner l’avantage aux «rouge et noir» s’il n’avait pas complètement manqué sa frappe (76e).

Une Maladière enthousiaste

Tout le dilemme xamaxien d’une deuxième période plus ouverte a été de trouver la juste balance entre son envie offensive et sa crainte de trop s’exposer. Car en face, les qualités techniques saint-galloises exprimées notamment par Cedric Itten et Jérémy Guillemenot, auraient tout aussi bien pu mettre fin aux espoirs neuchâtelois. Et permettre à Saint-Gall d’infliger une cinquième défaite consécutive à son hôte. Mais dimanche après-midi, Xamax a montré une mentalité plus conquérante que face au champion YB. L’équipe neuchâteloise a surtout tiré au but (8 tirs cadrés contre 3 aux Saint-Gallois). Et cela a semblé plaire au public de la Maladière, qui a tenté de pousser son équipe pour obtenir plus qu’un partage de points.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!