Présidentielle américaine: Obama annonce qu'il soutient Hillary Clinton
Actualisé

Présidentielle américaineObama annonce qu'il soutient Hillary Clinton

«Il n'y a jamais eu de candidat aussi qualifié pour ce poste», indique-t-il.

1 / 149
Le médecin de Donald Trump a réalisé un bulletin de santé en 5 minutes, l'an passé. (Samedi 27 août 2016)

Le médecin de Donald Trump a réalisé un bulletin de santé en 5 minutes, l'an passé. (Samedi 27 août 2016)

Reuters
Une statue peu flatteuse de Donald Trump a fait beaucoup rire, à New York. (Jeudi 18 août 2016)

Une statue peu flatteuse de Donald Trump a fait beaucoup rire, à New York. (Jeudi 18 août 2016)

AFP
Le sénateur démocrate Tim Kaine a été investi candidat à la vice-présidence des Etats-Unis. (Mercredi 27 juillet 2016)

Le sénateur démocrate Tim Kaine a été investi candidat à la vice-présidence des Etats-Unis. (Mercredi 27 juillet 2016)

Keystone

Le président des Etats-Unis Barack Obama a officiellement annoncé jeudi son soutien à Hillary Clinton dans la course à la Maison Blanche, affichant sa volonté de rassembler les démocrates pour faire barrage à Donald Trump. «Je suis avec elle, je suis impatient de faire campagne avec Hillary», a lancé Barack Obama dans une vidéo diffusée par l'équipe de l'ancienne secrétaire d'Etat qui vient de remporter les primaires dans le camp démocrate.

S'il était attendu, ce soutien n'en constitue pas moins un puissant coup d'accélérateur pour l'ancienne Première dame, sénatrice et secrétaire d'Etat qui espère devenir la première femme présidente de l'histoire des Etats-Unis.

Il isole encore un peu plus l'autre candidat démocrate, le sénateur du Vermont Bernie Sanders, qui a refusé à ce jour de se retirer de la course même s'il assuré, jeudi matin depuis la Maison Blanche, qu'il était prêt à travailler avec son ancienne rivale.

«Honorée de vous avoir avec moi»

«Des dizaines de millions d'Américains ont fait entendre leur voix. Aujourd'hui, je veux simplement ajouter le mienne», a lancé le président américain dont la solide cote de popularité pourrait être un atout précieux à l'approche du scrutin du 8 novembre.

«Je pense qu'il n'y a jamais eu de candidat aussi qualifié pour ce poste», a poursuivi le 44e président des Etats-Unis, dont le message vidéo avait été enregistré dès mardi, alors que le vote se poursuivait dans plusieurs Etats.

«Honorée de vous avoir avec moi», a immédiatement réagi Hillary Clinton sur Twitter. «Je suis enthousiaste et prête à y aller!».

L'équipe d'Hillary Clinton a dans la foulée annoncé qu'un meeting de campagne commun serait organisé mercredi à Green Bay dans le Wisconsin.

«Supprime ton compte»

«Merci @BarackObama!», a de son côté réagi l'ancien président Bill Clinton, très impliqué dans la campagne de son épouse.

Le magnat de l'immobilier Donald Trump, qui portera cette année les couleurs républicaines lors du scrutin présidentiel, a immédiatement ironisé sur cette annonce.

«Obama vient d'apporter son soutien à Hillary la malhonnête», a-t-il tweeté. «Il veut quatre ans de plus d'Obama mais personne d'autre n'en veut!».

«Supprime ton compte», a répondu du tac au tac Hillary Clinton, utilisant une formule employée sur le réseau social pour humilier un utilisateur après un tweet particulièrement ridicule.

Triomphe

La candidate démocrate a terminé les primaires de manière triomphale: elle a remporté mardi quatre Etats dont la très symbolique Californie, le plus peuplé du pays, avec 56% des voix contre 43% pour Bernie Sanders, une déception pour le sénateur qui espérait arracher une première place.

Au total, elle a largement dépassé la majorité requise de délégués pour être investie à la convention de Philadelphie, fin juillet.

Reçu pendant plus d'une heure dans le Bureau ovale, Bernie Sanders avait jeudi matin tendu la main à son ancienne rivale, tout en se gardant d'annoncer son ralliement.

«Je suis impatient de la rencontrer prochainement pour voir comment nous pouvons travailler ensemble pour vaincre Donald Trump et créer un gouvernement qui nous représente tous», a-t-il déclaré à l'issue de son entrevue avec Barack Obama.

Obama à la manoeuvre

Le candidat septuagénaire, encore techniquement en course même s'il est acquis que la convention investira Hillary Clinton, a confirmé qu'il entendait participer à l'ultime primaire, totalement symbolique, qui aura lieu mardi dans la capitale, Washington.

«Dans mon esprit, et dans celui d'une majorité d'Américains, Donald Trump serait clairement un désastre en tant que président des Etats-Unis», a souligné Bernie Sanders, sous un soleil de plomb, promettant de faire «tout ce qui est en son pouvoir» pour que cela n'arrive pas.

Barack Obama est à la manoeuvre depuis plusieurs jours pour s'assurer que les démocrates soient en ordre de bataille derrière Hillary Clinton.

Mais il ne veut pas brusquer les partisans -- jeunes et enthousiastes -- de «Bernie» et de sa «révolution politique». L'engouement pour le sénateur a surpris par son ampleur: il a conquis quelque 12 millions de voix sur les 27 millions d'électeurs qui ont participé aux primaires démocrates.

Soutien de O'Malley

La président américain a pris soin ces derniers jours de saluer la contribution de «Bernie» au débat, sur des sujets tels que la lutte contre les inégalités ou le financement de la vie politique.

«C'était sain pour le parti démocrate d'avoir une primaire disputée», a-t-il déclaré dans l'émission The Tonight Show de Jimmy Fallon. «Je pense que Bernie Sanders a apporté énormément d'énergie et de nouvelles idées. Cela a fait de Hillary une meilleure candidate».

Martin O'Malley, autre candidat démocrate qui avait jeté l'éponge il y a plusieurs mois, a lui aussi apporté son soutien à la gagnante des primaires, appelant tous les démocrates à sa rassembler pour faire face «à la menace fasciste que fait peser Donald Trump sur la démocratie».

Elizabeth Warren, figure de gauche, soutient Clinton

La sénatrice américaine Elizabeth Warren a annoncé jeudi, dans la presse, son soutien à Hillary Clinton. Figure de la gauche du parti démocrate, Elizabeth Warren est pourtant davantage proce de Bernie Sanders, le rival de l'ex-secrétaire d'Etat dans la course à l'investiture démocrate. La sénatrice du Massachusetts a déclaré: «Je suis prête à me lancer dans cette bataille et à me battre de tout mon coeur pour que Hillary Clinton devienne la prochaine présidente des Etats-Unis et pour garantir que Donald Trump ne puisse jamais être proche de la Maison blanche».

(AFP)

Votre opinion