Etats-Unis: Obama au sujet de Cosby: droguer pour du sexe est un «viol»

Actualisé

Etats-UnisObama au sujet de Cosby: droguer pour du sexe est un «viol»

Interrogé sur les allégations visant Bill Cosby, le président américain s'est exprimé pour la première fois sur l'affaire.

La prise de position de Barack Obama sur l'affaire Bill Cosby, accusé d'avoir violé plusieurs femmes, a créé la surprise au sein des journalistes.

La prise de position de Barack Obama sur l'affaire Bill Cosby, accusé d'avoir violé plusieurs femmes, a créé la surprise au sein des journalistes.

Keystone

Le président américain Barack Obama, interrogé mercredi 15 juillet sur les allégations visant l'ex-star de la télévision Bill Cosby, a estimé que le fait de droguer une personne à son insu pour des relations sexuelles revenait à commettre un «viol».

Lors d'une parenthèse inattendue de sa conférence de presse sur l'accord nucléaire conclu avec l'Iran, Barack Obama a répondu à la question de savoir s'il comptait retirer la Médaille de la liberté au célèbre acteur du Cosby show, pris depuis plusieurs mois dans une affaire d'agressions sexuelles.

«Comme vous le savez, je ne commente pas les cas précis dans lesquels il peut toujours y avoir des questions pénales ou civiles en suspens», a amorcé le président américain, précisant qu'il n'y avait pas de «mécanisme» ni de précédent permettant de révoquer cette médaille.

«Aucun pays civilisé ne doit tolérer le viol»

Mais, a-t-il poursuivi: «Je dirai ceci. Si vous donnez à une femme, ou à un homme d'ailleurs, une drogue sans qu'il ou elle en ait connaissance, puis que vous avez une relation sexuelle avec cette personne sans son consentement, c'est un viol», a affirmé Barack Obama, provoquant l'étonnement du parterre de journalistes présents dans la salle.

«Je pense que ce pays, aucun pays civilisé, ne doit tolérer le viol», a-t-il poursuivi, avant de dire qu'il devrait conclure la conférence de presse car «Josh (Earnest, son porte-parole, NDLR) commence à être tendu».

Une trentaine de femmes sorties de l'ombre

Depuis le mois de novembre, une trentaine de femmes sont sorties de l'ombre aux Etats-Unis, accusant Bill Cosby d'attouchements et parfois de viol, la plupart du temps en les droguant à leur insu. Certaines étaient mineures au moment des faits présumés, qui remontent dans certains cas aux années 60.

«Selon la définition du président Obama, Bill Cosby est un violeur», a réagi mercredi Angela Rose, directrice du groupe de victimes PAVE (Promoting awareness victim empowerment) qui avait demandé que la médaille soit retirée à l'acteur.

«Le président a raison», poursuit-elle. «Il n'y a pas de précédent de révocation (...) mais il n'y a pas non plus de précédent pour ce qui est de décerner la plus haute distinction civile à un homme accusé par plusieurs dizaines de femmes d'être un violeur en série».

(AFP)

Ton opinion