Publié

SyrieObama demande 500 millions pour armer l'opposition

Le président américain a demandé au Congrès d'autoriser un budget de 500 millions de dollars (446 millions de francs) pour «entraîner et équiper» l'opposition modérée armée en Syrie.

1 / 134
Pas moins de trois millions de Syriens ont fui leur pays en raison de la guerre civile. (28 octobre 2014)

Pas moins de trois millions de Syriens ont fui leur pays en raison de la guerre civile. (28 octobre 2014)

Keystone
Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

AFP
Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

AFP

Les Etats-Unis s'inquiètent de l'influence des islamistes de l'EIIL en Syrie et dans l'Irak voisin et Barack Obama a demandé au Congrès des moyens financiers pour entraiîner l'opposition syrienne.

«Ces fonds aideront les Syriens à se défendre, à stabiliser les zones sous contrôle de l'opposition, à faciliter la fourniture de services essentiels, contrer les menaces terroristes et faciliter les conditions d'un règlement négocié», plaide la présidence américaine.

Officiellement, le soutien américain aux rebelles syriens se cantonnait jusqu'à maintenant depuis le début du conflit à une aide non létale pour un montant de 287 millions de dollars. La CIA participe toutefois dans le cadre d'un programme secret à la formation militaire de rebelles modérés en Jordanie.

Les 500 millions de dollars réclamés par Barack Obama s'inscrivent dans une enveloppe de 1,5 milliards de dollars consacrée à une «Initiative de stabilisation régionale» pour aider l'opposition et les voisins de la Syrie -Jordanie, Liban, Turquie et Irak- à faire face aux conséquences de la guerre civile en Syrie sur leur territoire.

«Pas supplémentaire»

Le président américain avait levé le voile sur cette décision dans un discours prononcé à l'académie militaire de West Point dans lequel il avait annoncé la création d'un fonds de cinq milliards de dollars pour financer la lutte contre le terrorisme. L'enveloppe de 1,5 milliard, y compris les 500 millions dédiés à l'entraînement et l'équipement de l'opposition modérée, s'inscrivent dans ce budget.

«Si nous continuons de croire qu'il n'y a pas de solution militaire à la crise et que les Etats-Unis ne doivent pas envoyer de troupes combattre en Syrie, cette requête (au Congrès) marque un pas supplémentaire pour aider le peuple syrien à se défendre contre les attaques du régime et repousser le nombre croissant d'extrémistes comme l'EIIL», plaide la présidence.

Les insurgés sunnites de l'EIIL, ou Armée islamique en Irak et au Levant, ont pris le pas sur les rebelles modérés en Syrie dans la lutte contre le régime de Bachar al-Assad. Ils ont lancé le 9 juin une offensive éclair en Irak, s'emparant de Mossoul, la deuxième ville du pays et de larges pans du territoire dans le nord et l'ouest du pays.

(ats)

Votre opinion