Etats-Unis: Obama évoque son père absent avec des détenus
Publié

Etats-UnisObama évoque son père absent avec des détenus

Le président américain a évoqué son histoire personnelle lors d'une rencontre inédite avec des prisonniers où il a insisté sur la nécessité de briser le cercle de l'incarcération.

Le 16 juillet, Barack Obama est devenu le premier président américain en exercice à visiter une prison fédérale, à El Reno dans l'Oklahoma (sud). Des extraits du documentaire tiré de ses rencontres avec des détenus, dont Vice avait l'exclusivité, ont été diffusés mardi. On y voit le 44e président des Etats-Unis serrer chaleureusement la main à six détenus avant de s'asseoir et d'engager une conversation avec eux.

«Je n'ai pas connu mon père et trop de jeunes ne connaissent pas leur père», explique-t-il, avant de souligner combien il est important de maintenir un lien familial, même ténu. «J'ai rencontré mon père pendant un mois quand j'avais dix ans. C'est la seule fois où je l'ai rencontré durant toute ma vie. Nous avons seulement eu un mois mais cela a eu un impact sur moi. Les enfants sont sensibles à cela même s'ils font mine de ne pas l'être», explique-t-il.

Elevé par sa mère et ses grands-parents

Barack Obama a été élevé par sa mère et ses grands-parents, son père Barack senior ayant quitté sa mère lorsque le futur président des Etats-Unis était encore très jeune. Ce déplacement visait à braquer les projecteurs sur la surpopulation carcérale aux Etats-Unis, qui comptent 5% de la population mondiale mais 25% de la population carcérale mondiale.

M. Obama appelle à une réforme du système judiciaire américain, dénonçant l'explosion du nombre d'incarcérations au cours des décennies écoulées en raison, dans de nombreux cas, de peines «disproportionnées par rapport aux délits», en particulier dans les affaires de trafic de drogue. Appelant le Congrès a agir, le président américain dénonce aussi régulièrement «une longue histoire d'inégalités» devant la loi.

Le documentaire de Vice sera diffusé le 27 septembre sur la chaîne HBO.

(AFP)

Votre opinion