Actualisé 21.02.2014 à 17:31

Etats-UnisObama reçoit le dalaï lama à la Maison-Blanche

Le président américain Barack Obama reçoit le dalaï lama, chef spirituel tibétain en exil, à la Maison-Blanche. Une rencontre qui déplaît fortement à la Chine.

Le dalaï lama est aux Etats-Unis.

Le dalaï lama est aux Etats-Unis.

Keystone

Le président américain Barack Obama recevait vendredi matin le dalaï lama à la Maison-Blanche, a indiqué le Conseil de sécurité nationale (NSC), une rencontre qui provoque la colère de la Chine.

"Le président est actuellement en train de discuter avec sa sainteté le dalaï lama en tant que leader religieux et culturel respecté internationalement", a expliqué le NSC.

La rencontre, prévue à 10 heures locales (16 heures suisses) dans l'agenda de Barack Obama, n'était pas ouverte à la presse.

Dans le but apparent d'atténuer la colère de Pékin, la présidence des Etats-Unis a en outre organisé cette réception dans la salle des cartes de la Maison-Blanche et non le prestigieux Bureau ovale, réservé aux chefs d'Etat et de gouvernement étrangers. Obama avait reçu le chef spirituel tibétain en exil pour la dernière fois à Washington en 2011, provoquant déjà l'ire de la Chine.

La réaction de Pékin n'avait pas tardé jeudi soir, dès l'annonce de la rencontre entre les deux hommes.

"La Chine est fermement opposée" à la réception à la Maison-Blanche du dalaï lama, a indiqué le ministère chinois des Affaires étrangères. "Nous exhortons les Etats-Unis à prendre en compte de façon sérieuse l'inquiétude de la Chine et à immédiatement annuler la rencontre prévue".

Contentieux entre les Etats-Unis et la Chine

Cette irritation chinoise, systématiquement exprimée à chaque fois qu'un dirigeant étranger reçoit le leader spirituel tibétain, intervient dans un contexte de récents sujets de contentieux entre les deux premières puissances mondiales.

La porte-parole du NSC Caitlin Hayden avait souligné en amont de la rencontre que si les Etats-Unis soutenaient "fermement les droits de l'homme et la liberté religieuse en Chine", ils reconnaissaient le Tibet comme faisant "partie de la République populaire de Chine".

"Nous sommes préoccupés par les tensions et la détérioration de la situation des droits de l'homme dans la région du Tibet", avait-elle ajouté.

Selon Caitlin Hayden, l'administration Obama devait renouveler son appel au gouvernement chinois pour qu'il renoue le dialogue avec le dalaï lama ou ses représentants.

La Chine s'oppose depuis des décennies à ce que les dirigeants étrangers rencontrent le dalaï lama, qui a fui le pays en 1959.

Celui-ci appelle à davantage d'autonomie pour le Tibet plutôt qu'à une indépendance formelle.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!