19.12.2012 à 21:46

Etats-UnisObama veut un «compromis» sur le budget

Les discussions visant à éviter le «mur budgétaire» aux Etats-Unis semblent bloquées mercredi.

Le président démocrate et les républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, doivent s'entendre avant le 31 décembre sur un meilleur équilibre budgétaire.

Le président démocrate et les républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, doivent s'entendre avant le 31 décembre sur un meilleur équilibre budgétaire.

Reuters

Les républicains ont confirmé qu'ils soumettraient jeudi leur propre projet aux voix de la Chambre des représentants, où ils sont majoritaires, malgré l'opposition de Barack Obama.

«Actuellement, ce dont le pays a besoin, c'est que nous trouvions un compromis, que nous mettions en place un accord sur la réduction du déficit», a déclaré mercredi le président américain. Disant espérer qu'un accord interviendrait d'ici Noël, le chef de la Maison-Blanche s'est toutefois déclaré optimiste sur la possibilité d'y parvenir.

Mais les républicains ont aussitôt réagi en confirmant qu'ils feraient voter jeudi à la Chambre des représentants leur «plan B». «Demain (jeudi), la Chambre des représentants votera une loi rendant permanente l'exonération fiscale pour presque chaque Américain», a déclaré John Boehner, président de la chambre basse dans un bref communiqué vidéo.

«Le président aura ensuite à prendre une décision. Il peut appeler le Sénat (ndlr, où les démocrates sont majoritaires) à voter également ce projet de loi, ou il peut être responsable de la plus importante hausse d'impôts de l'histoire américaine.»

Le projet républicain consiste à prolonger les exonérations d'impôts entamées sous l'ex-président George W. Bush et reconduites sous Barack Obama pour tous les contribuables dont les revenus ne dépassent pas un million de dollars par an.

Quelques concessions

Barack Obama s'y oppose vigoureusement, estimant qu'il ne prévoit pas un équilibre suffisant entre baisse des dépenses et augmentations des impôts. Plus tôt mercredi, la Maison-Blanche avait menacé d'opposer son veto au «plan B» unilatéral préparé par les républicains.

Engagés depuis plusieurs semaines dans des négociations, le président et John Boehner ont déjà chacun concédé du terrain. Les républicains ont accepté le principe d'augmenter les impôts pour les plus riches, mais uniquement pour les revenus supérieurs à un million de dollars. Barack Obama exigeait, lui, 250'000 dollars (pour un couple marié), mais est monté jusqu'à 400'000 dollars.

Le regain de tensions entre républicains et démocrates risque de compromettre les progrès significatifs réalisés la semaine passée.

Le président démocrate et les républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, doivent s'entendre avant le 31 décembre sur un meilleur équilibre budgétaire sous peine de voir entrer automatiquement en vigueur une série de hausses d'impôts et de baisses des dépenses fédérales, qui créeraient un choc susceptible de plonger l'économie américaine en récession.

(ats/afp)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!