Actualisé 06.06.2018 à 15:10

FranceObsèques de la jeune fille au pair tuée à Londres

La famille de Sophie Lionnet, tuée en septembre dernier par un couple de Français à Londres, lui a rendu un dernier hommage à Sens.

Fleur blanche à la main, quelque 150 personnes étaient rassemblées mercredi après-midi, dans la cathédrale de Sens, à 100 kilomètres au sud-est de Paris, pour les obsèques de Sophie Lionnet, une jeune fille au pair de 21 ans tuée par ses employeurs à Londres.

«Il fallait que je sois là, pour les soutenir. La famille est soudée», a déclaré à l'AFP avant la cérémonie Lucie Vandensteen, 34 ans, une cousine de la maman de Sophie Lionnet. «On voyait (Sophie) une ou deux fois par an. Quand elle a dit qu'elle voulait aller en Angleterre, j'avais trouvé ça génial.»

Sur le parvis de la cathédrale de Sens, le cercueil est arrivé vers 14h GMT, peu avant le début de la cérémonie. «On vit un cauchemar. On a toujours été très proches avec mon frère», raconte un peu plus loin l'oncle paternel de la jeune fille, Gérard Lionnet, 57 ans.

Le cadavre calciné de Sophie Lionnet avait été retrouvé le 20 septembre 2017 dans le jardin d'une propriété du sud-ouest de la capitale britannique, présentant de multiples fractures, aux côtes, au sternum ou à la mâchoire. Mais en raison de l'état du corps, la cause exacte de la mort n'a pas pu être déterminée.

Un calvaire

Ses employeurs, Ouissem M., 40 ans, et Sabrina K., 35 ans, deux Français, avaient été arrêtés dans la foulée, puis jugés à partir du 19 mars devant la cour criminelle de l'Old Bailey à Londres. Tous deux plaidaient non coupable de l'accusation de meurtre, évoquant un accident et rejetant chacun la responsabilité sur l'autre. Ils avaient reconnu avoir tenté de brûler le corps.

Le 24 mai, ils ont été reconnus coupables du meurtre de la jeune Française mais ne connaîtront leurs peines que le 26 juin. La jeune fille s'occupait des fils de Sabrina Kouider, âgés de 8 et 4 ans. Arrivée à Londres en janvier 2016, elle n'avait jamais pu rentrer en France et vivait sous l'emprise de ses employeurs, qui lui donnaient peu à manger, ne la payaient quasiment pas et la battaient, selon des voisins.

Nourrissant le fantasme que Sophie Lionnet faisait partie d'un complot visant à droguer et abuser sexuellement des membres de leur famille, le couple avait fait subir à la jeune fille des interrogatoires musclés. C'est au cours de l'un d'eux qu'elle aurait été torturée et battue avant d'être tuée.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!