Publié

VaticanOdilo Scherer, le Brésilien qui pourrait devenir pape

Le cardinal brésilien et archevêque de Sao Paulo Odilo Scherer, un conservateur modéré, réputé bon gestionnaire et homme de consensus, pourrait devenir le premier pape originaire d'Amérique Latine.

1 / 15
Le cardinal Odilo Pedro Scherer, 63 ans, archevêque de Sao Paolo. Brésilien d'origine allemande, est considéré comme le plus sérieux «papabile» d'Amérique latine.

Le cardinal Odilo Pedro Scherer, 63 ans, archevêque de Sao Paolo. Brésilien d'origine allemande, est considéré comme le plus sérieux «papabile» d'Amérique latine.

AFP
Le cardinal Angelo Scola (Italie), 71 ans, archevêque de Milan et patriarche de Venise.

Le cardinal Angelo Scola (Italie), 71 ans, archevêque de Milan et patriarche de Venise.

Keystone
Le cardinal autrichien Christoph Schoenborn, archevêque de Vienne. C'est un fidèle de Benoît XVI. Il aime à se qualifier de conservateur pour les questions religieuses mais libéral dans le domaine social.

Le cardinal autrichien Christoph Schoenborn, archevêque de Vienne. C'est un fidèle de Benoît XVI. Il aime à se qualifier de conservateur pour les questions religieuses mais libéral dans le domaine social.

AFP

Depuis sa nomination en 2007, Odilo Scherer, 63 ans, a dirigé le plus grand archidiocèse du Brésil, fort de 6 millions de fidèles dans le pays comptant le plus grand nombre de catholiques au monde.

Scherer, Brésilien d'origine allemande, est considéré comme le plus sérieux "papabile" d'Amérique latine devant le cardinal Leonardo Sandri, un Argentin d'origine italienne qui travaille au Vatican comme préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales.

"Je dirais que Scherer serait le meilleur choix", indique l'Américain John Allen Jr., expert reconnu du Vatican, auteur de plusieurs livres sur l'Eglise catholique.

"Il a une bonne réputation et est admiré ici (au Vatican)", relevait Allen dans un entretien au journal O Globo.

L'archevêque avait accompagné le pape en 2007 lors de sa visite au Brésil, un pays qui compte 123 millions de catholiques sur une population de 194 millions d'habitants.

Toutes les qualités

Pour le Père José Antonio Trasferetti, professeur de théologie à l'Université catholique de Campinas, dans l'Etat de Sao Paulo au sud du pays, Dom Odilo Scherer "a toutes les qualités pour être un grand pape".

"Il a l'esprit ouvert, est un bon communicateur et un bon administrateur. Il est la bonne personne pour ouvrir le dialogue entre les différentes factions au sein de l'Eglise", a indiqué Trasferetti.

"Nous étions collègues de 1989 à 1991 à Rome, où nous avons fait nos études de doctorat en théologie en même temps," a-t-il précisé, le décrivant comme un "conservateur modéré" sur les questions de doctrine et les thèmes sociaux.

Odilo Scherer, ajoute-t-il, connaît bien les problèmes sociaux de Sao Paulo, mégapole cosmopolite de 11 millions d'habitants, où il gère des paroisses marquées par la pauvreté, la violence, le chômage et l'absence de services de base.

Sur le site internet de son diocèse et dans les journaux, l'archevêque de Sao Paulo expose régulièrement ses points de vue sur les grandes questions du moment. Il est également très actif sur Twitter, avec quelque 20'000 suiveurs.

Lutte contre l'injustice et la pauvreté

Par le passé, le prélat a critiqué la théologie de la libération, née en Amérique latine et marginalisée par le pape Benoît XVI, pour avoir utilisé "le marxisme comme instrument d'analyse" mais a soutenu la lutte contre l'injustice sociale et la pauvreté.

Scherer reste un traditionaliste, préoccupé par la montée en puissance des églises évangéliques au détriment du catholicisme dans le pays.

Les chrétiens évangéliques sont passé de 26,2 millions (15% de la population) en 2000 à 42,3 millions (22%) en 2010, tandis que la proportion de catholiques est passé à 63%, contre 73,6% en 2000.

Le cardinal a également sévèrement critiqué le prêtre catholique Marcelo Rossi, véritable "rock star" chrétienne - qui a vendu des millions d'albums, DVD et livres - pour avoir imité le style de certaines églises évangéliques afin d'attirer les fidèles catholiques.

"Les prêtres ne sont pas des célébrités du monde du spectacle", avait-il notamment déclaré en 2007. "La messe ne doit pas devenir un show", avait-il insisté.

Un homme pragmatique

Toutefois, il su faire preuve de pragmatisme en participant en novembre dernier à l'inauguration à Sao Paulo d'une nouvelle méga-église, la plus grande église catholique du Brésil, avec une capacité de 100'000 personnes.

En février, le cardinal Scherer avait souligné que l'Eglise catholique a dû relever des défis au cours de ses 2000 ans d'histoire mais doit maintenant relever celui de la "post-modernité".

Il a également affirmé que la nationalité et l'âge ne devaient pas être des facteurs importants dans le choix du nouveau pape.

Scherer est né le 21 Septembre 1949 dans une famille d'origine allemande de Cerro Largo, une ville de 13'000 habitants dans l'Etat de Rio Grande do Sul (sud du Brésil), au coeur des missions jésuites guaranies.

Ordonné prêtre en 1976, il a obtenu un doctorat en théologie sacrée à Rome en 1991.

Il a rejoint la Congrégation pour les évêques de la Curie romaine de 1994 à 2001 et a été secrétaire général de la Conférence nationale des évêques du Brésil de 2003 à 2007.

(AFP)

Votre opinion