Langue - Ognon, paélia, grole, porteclé, ile: voici comment nos enfants écriront
Publié

LangueOgnon, paélia, grole, porteclé, ile: voici comment nos enfants écriront

L’orthographe rectifiée sera enseignée à tous les jeunes Romands dès 2023. On détaille ce qui changera.

par
Renaud Michiels
But de l’orthographe rectifiée: simplifier l’écrit en le rapprochant de l’oral et en diminuant les exceptions.

But de l’orthographe rectifiée: simplifier l’écrit en le rapprochant de l’oral et en diminuant les exceptions.

iStockphoto

La Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP) l’a annoncé mercredi: dès 2023, tous les élèves romands se verront enseigner l’«orthographe rectifiée». But recherché: principalement simplifier l’écrit en le rapprochant de l’oral et en diminuant les exceptions et les cas particuliers.

Cette décision a déjà fait couler beaucoup d’encre, avec une franche hostilité de certains. Mais concrètement, quelles sont ces rectifications orthographiques? La CIIP a mis en ligne un «petit livre d’or» qui décrit les changements à venir en 14 principes. Les voici, exemples à l’appui.

1. Généralisation du è devant une syllabe muette. Il faudra donc écrire évènement, j’espèrerai, je considèrerai ou il sèchera.

2. Modification pour les verbes en eter et eler. Ils ne prennent plus de double consonne «mais un è quand la syllabe qui suit contient un e muet», est-il précisé. Exemples: il époussète ou brevète et il amoncèle ou attèle.

3. Simplification des chiffres. Généralisation des traits d’union, qui deviennent systématiques: trente-deux-mille-cinq-cents, vingt-et-un.

4. Laisser comme faire. Sur le modèle du verbe faire, le participe passé du verbe laisser suivi d’un infinitif reste invariable, «parce qu’il fonctionne comme une sorte d’auxiliaire.» Donc «je les ai laissé choisir» ou «elles se sont laissé tomber».

5. Fin de certains doubles l ou t. La consonne simple sera adoptée «dans tous les mots où le l ou le t suit un e muet». Donc au revoir le prunellier, la dentellière ou interpeller et place au prunelier, à la dentelière et à interpeler

6. Tréma sur le u. Le tréma est déplacé sur le u et portera «donc toujours sur une lettre qui se prononce». Résultat: aigüe ou ambigüité.

7. Plus de otter. Entre les suffixes verbaux oter et otter, on choisira toujours le premier. Donc on frisote, on mangeote et on grelote.

8. Disparition de fins de mots en illier. Lorsque le deuxième i ne s’entend pas, il s’agira de le supprimer. Il faudra donc écrire joailler, quincailler ou aussi serpillère.

9. Fin de «consonnes doubles inutiles». Les mots se terminant en olle perdront un l. Donc: corole, girole, grole ou guibole. Trois exceptions demeureront cependant: colle, folle et molle.

10. Circonflexes à la trappe. Le circonflexe subsiste s’il permet de distinguer deux mots: mûr/mur, sûr/sur, dû/du. Et dans les terminaisons verbales: nous suivîmes, vous voulûtes. Mais tous les circonflexes sur le i et le u disparaissent quand ils sont «inutiles». Résultat: gout, abime, croute, ainé, ile, boite, ragout ou croitre.

11. Pluriel des mots composés. Les mots composés «dont le premier élément est un verbe ou une préposition» porteront la marque du pluriel uniquement sur le deuxième terme. Ainsi on écrira des crève-cœurs, des abat-jours (alors qu’ils sont actuellement invariables). Avec des exceptions, note la brochure, pour des mots «comme des prie-Dieu, des trompe-l’œil».

12. Mots composés soudés. Bon nombre de mots composés ne le seront plus. Par exemple: piquenique, bassecour, pingpong, yoyo ou porteclé.

13. Mots francisés. Des termes venant d’une autre langue seront francisés, «en particulier pour les accents et les marques de pluriel». Donc: des maximums, un dictat, des coachs, un buldozeur. La liste complète des mots adaptés proposée par la CIIP comprend aussi l’assez étrange paélia, même si paella reste admis.

14. Le dernier point du guide est un conseil à appliquer en cas de doute: «pas de circonflexe, pas de trait d’union, pluriel régulier, graphie francisée».

Ajoutons enfin que certains mots ont été simplifiés car selon la CIIP leur orthographe n’a pas de réelle justification. C’est le cas de l’oignon et du nénuphar, désormais écrits ognon et nénufar.

Votre opinion

229 commentaires