Hockey sur glace: Omark et la cueillette de pucks qui traînent près des poteaux
Publié

Hockey sur glaceOmark et la cueillette de pucks qui traînent près des poteaux

GE Servette n’a pas brillé contre Langnau et a eu besoin d’un doublé de son top-scorer suédois pour passer l’obstacle emmentalois. Avant de marquer, le rusé Linus Omark s’est un peu amusé.

par
Cyrill Pasche, Genève

Linus Omark a non seulement remis GE Servette sur les bons rails en inscrivant un doublé en l’espace de seulement 158 secondes au début du troisième tiers (42e, 3-2 et 45e, 4-2), il a aussi égayé une soirée placée sous le signe du travail et de la patience côté genevois. Retrouvez le compte rendu de ce duel ici.

Le Suédois n’a évidemment pas disputé le match de sa vie face à Langnau, mais il a parsemé la rencontre de petits faits et gestes qui, au final, l’ont amené à deux reprises au bon endroit, au bon moment, exactement à l’instant où GE Servette avait le plus besoin d’une toute petite étincelle dans son jeu.

Avant que le Suédois ne fasse définitivement basculer la rencontre, Langnau, vainqueur 1-3 à Zurich dimanche dernier, a bien joué le coup et est même parvenu à semer le doute dans le camp Grenat: archidominés en première période (18 tirs à 9), les Emmentalois ont malgré tout rejoint les vestiaires avec une avance d’un but (0-1). Idem en deuxième période, lorsque les hommes de Rikard Franzen ont pris leur deuxième pause sur un score toujours aussi flatteur (2-2).

Les fausses pistes du Suédois

Lors des deux premiers tiers, Linus Omark n’a rien fait de bien exceptionnel, si ce n’est de jouer un peu au chat et à la souris avec le gardien letton (à la fameuse licence suisse) Ivars Punnenovs en tapotant à deux reprises sur le poteau après un arrêt chanceux du portier des Tigres, comme pour lui faire croire qu’il avait laissé échapper le puck et le pousser à la faute. Le Letton n’est pas tombé dans le panneau et n’a jamais suivi ces fausses pistes.

Ces pucks qui traînent près des poteaux, le topscorer suédois a fini par les cueillir un peu plus tard, en troisième période. 3-2 Omark, puis 4-2 Omark, à chaque fois depuis le côté gauche de la cage défendue par Punnenovs, en véritable renard des surfaces.

Des buts qui n’avaient rien d’exceptionnel, mais des buts d’attaquant rusé qui ont permis au GSHC d’empocher trois bons points supplémentaires avant d’affronter Bienne vendredi dans le Seeland, puis Berne dimanche au stade des demi-finales de la Coupe de Suisse. Parfois, avant de marquer, il faut aussi savoir s’amuser un peu.

Votre opinion