Bienne – «Omega» rachète une de ses montres pour 667’800 dollars
Publié

Bienne«Omega» rachète une de ses montres pour 667’800 dollars

La marque horlogère a acquis aux enchères une «Speedmaster» portée par le célèbre écrivain américain Ralph Ellison.

par
Vincent Donzé
Ralph Ellison s’est fait un nom dans le paysage de la littérature américaine grâce à son roman «Invisible Man» (Homme invisible, pour qui chantes-tu?), publié en 1952. Sa montre (photo) a été vendue pour 614’576 francs. Elle vaut dans sa version actuelle 6250 francs.

Ralph Ellison s’est fait un nom dans le paysage de la littérature américaine grâce à son roman «Invisible Man» (Homme invisible, pour qui chantes-tu?), publié en 1952. Sa montre (photo) a été vendue pour 614’576 francs. Elle vaut dans sa version actuelle 6250 francs.

Philips.com

La marque horlogère Omega a racheté aux enchères une de ses montres, une «Speedmaster», pour 614’576 francs (667’800 dollars). Celle-ci n’est pas allée sur la lune, mais elle a été portée par le romancier américain Ralph Ellison. Elle sera présentée à Bienne, au Musée Omega.

Le chronographe «Speedmaster» portée par Ralph Ellison a pénétré le marché étasunien en 1968. «Peu de temps après, l’écrivain a été interviewé et photographié à Riverside Park avec le garde-temps à son poignet», constate la marque biennoise. L’écrivain n’a jamais caché son penchant pour un modèle qu’il a porté pendant un quart de siècle, sous la manchette de son complet sur mesure, jusqu’à son décès en 1994.

Calibre 321

Sur le site de vente en ligne «Ricardo», des «Speedmaster» produites avec le calibre 321, avant l’alunissage du 20 juillet 1969, sont actuellement en vente, l’une pour 13’000 francs, l’autre pour 15’000 francs. L’intérêt de celle acquise aux enchères 30 fois plus cher, c’est d’avoir été portée par une icône du paysage littéraire américain, grâce à son roman «Invisible Man» («Homme invisible, pour qui chantes-tu?»), publié en 1952 et primé un an plus tard.

La vente aux enchères organisée par «Phillips» à New York a suscité un vif intérêt. Pour «Omega», la montre mise en vente est un «garde-temps historique». La marque biennoise rapporte que le roman phare de Ralph Ellison fait l’écho de ses propres combats: «L’histoire prend corps à Harlem et retrace les nombreuses questions intellectuelles et sociales auxquelles étaient confrontés les Afro-Américains au début du XXe siècle», écrit-elle ce lundi.

Le Musée Omega est situé au siège de la marque, à Bienne.

Le Musée Omega est situé au siège de la marque, à Bienne.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Président-directeur d’«Omega», Raynald Aeschlimann est ravi: «C’est un immense honneur que de ramener le garde-temps de Ralph Ellison en Suisse. Il s’est révélé un écrivain à l’influence certaine et un homme à la personnalité fascinante et au talent résolument inspirant».

«Pendant de nombreuses années, sa «Speedmaster» a été le témoin d’une vie en tous points exceptionnelle et nous sommes aujourd’hui ravis de venir enrichir notre collection patrimoniale avec cette pièce iconique», conclut Raynald Aeschlimann.

À Bienne, le Musée Omega relate l’histoire de la marque depuis 1848, de son patrimoine à ses innovations. La montre de Ralph Ellison rejoindra le garde-temps de l’astronaute Gene Cernan et celui de l’ancien président américain John F. Kennedy, ainsi qu’un modèle plus récent, celui de l’espion de Sa Majesté, James Bond…

Votre opinion

4 commentaires