Motocyclisme - On a frôlé la mort à Austin
Publié

MotocyclismeOn a frôlé la mort à Austin

C’est un véritable miracle si Pedro Acosta, Andrea Migno et Jeremy Alcoba se sont relevés indemnes, après l’accident provoqué par le Turc Deniz Öncü. Les commissaires ont frappé: deux courses de suspension.

par
Jean-Claude Schertenleib
Yannick Michel/LM

Les images font froid dans le dos: sur la ligne droite du «Circuit of the Americas», dans une course Moto3 relancée pour 5 tours après une première interruption au drapeau rouge, le jeune Turc Deniz Öncü, qui a profité de l’aspiration de la moto de l’Espagnol Jeremy Alcoba, se rabat sur la gauche, touche de sa roue arrière la roue avant de la machine d’Alcoba, qui ne peut éviter la chute. La moto de l’Espagnol, au milieu de la piste, se transforme alors en tremplin pour l’Italien Andrea Migno et pour le leader du championnat Pedro Acosta, qui s’envolent dans les airs, avant de s’écraser au sol sans être blessés. C’est un miracle. Un immense choc, aussi, parce que tout le monde a compris qu’on est encore passé près, très près même, d’un nouvel accident mortel.

Deux courses de suspension

Les commissaires se sont bien sûr immédiatement penchés sur le cas, en punissant Deniz Öncü: «Le 3 octobre 2021, à 11 h 46, durant la seconde partie de la course Moto3, vous avez causé un accident en vous rabattant sur la trajectoire d’un autre pilote sur la ligne droite du circuit, entre les virages 11 et 12. Cette action est contraire aux instructions spécifiques envoyées par e-mail à tous les teams; elle est considérée comme une conduite irresponsable, mettant en danger d’autres compétiteurs. Pour ces raisons, nous vous imposons une suspension de deux courses, soit les GP d’Emilie-Romagne (Misano 2) et d’Algarve (Portimão 2).»

5 tours? «Une roulette russe», selon Rossi

Une grande partie du paddock a estimé que la pénalité infligée au poulain d’Hervé Poncharal, le président de l’Association des teams de GP, est juste, voire minimale («Pour moi, cela valait une suspension d’une saison entière», concède le champion du monde Moto2 en titre Enea Bastianini).

Mais une autre question a été soulevée, notamment par Valentino Rossi: «Selon moi, la Direction de course a commis une erreur aujourd’hui, en donnant un deuxième départ pour un sprint de 5 tours, c’était comme la roulette russe pour ces jeunes pilotes. Les courses de moto sont déjà assez dangereuses comme cela, pour avoir un tel comportement en piste. Vous devez respecter votre propre sécurité et la sécurité de vos adversaires. En bougeant sur la ligne droite, alors qu’il savait qu’il avait un autre pilote à côté, Öncü a causé un accident qui pouvait potentiellement être mortel.»

Interruption de course: la règle

Comment en est-on arrivé là? Comment expliquer qu’on a déclaré vainqueur, un garçon – Izan Guevara – qui venait d’abandonner? Aussi étonnant que cela puisse paraître, tout a été fait selon les règles, même si, en l’occurrence, quelques-unes de celles-ci pourraient être modifiées pour éviter de lancer des jeunes gens déjà très excités dans un exercice de quelques tours durant lesquels ils vont tout tenter.

Drôle de victoire pour Izan Guevara.

Drôle de victoire pour Izan Guevara.

AFP

Rappel des faits: le GP des Amériques Moto3 devait se dérouler sur 17 tours; lors de la huitième ronde, le Tchèque Filip Salac a été victime d’une chute, qui a nécessité l’intervention des services médicaux. Le drapeau rouge (interruption immédiate de la course) a alors été immédiatement montré (1.25.1) Si moins de trois tours ont été couverts au moment de l’interruption, la course est considérée comme n’ayant pas commencé et un nouveau départ est donné selon la distance initiale (1.25.2). Si plus de trois tours (ce qui fut le cas dimanche à Austin), mais moins que des deux tiers de la distance (en Moto3 et Moto2; en MotoGP, ce sont les trois quarts) ont été couverts, un nouveau départ est redonné sur un nombre de tours correspondant à ceux qui ont manqué lors de la première course pour atteindre les deux tiers de la distance initiale (1.25.3). Si les deux tiers (ou les trois quarts) de la distance ont été couvert, la course est considérée comme terminée et les points attribués dans leur intégralité.

Second départ: la règle

Tous les pilotes qui ont été considérés classés dans la première course – on prend en compte les positions au tour qui précède l’interruption – sont autorisés à repartir, selon une grille de départ qui correspond au classement de la course interrompue. Les motos peuvent être réparées, les quantités d’essence adaptées. La distance minimale de cette seconde course est de 5 tours (article 1.26.4 iic).

Un nouveau départ a donc été donné, Guevara, vainqueur de la première course, en pole position. Au deuxième tour, Guevara rentre à son stand (problème technique sur sa suspension arrière); au troisième, survient le terrible accident sur la ligne droite et une nouvelle interruption. Que dit alors le règlement? Article 1.26.6.2a: si les deux tiers de la distance de la course 2 sont atteints (ce ne fut pas le cas dimanche), elle est considérée comme terminée et les points sont attribués complètement. Article 1.26.6.2b: si moins des deux tiers de la course 2 ont été atteints et qu’un troisième départ n’est pas possible (ce fut le cas, dimanche), la course 2 est considérée comme annulée et les points mondiaux sont attribués intégralement selon les résultats de la course 1, pour autant qu’un minimum de 5 tours a été effectué. Et c’est ainsi qu’Izan Guevara, fou de rage après son problème technique, a retrouvé le sourire pour sa première victoire en GP!

Votre opinion