Hippisme: «On a voulu cracher sur notre sport»
Publié

Hippisme«On a voulu cracher sur notre sport»

Ancien cavalier, François Vorpe ne comprend pas que Steve Guerdat et Martin Fuchs ne soient pas nominés au prix du meilleur sportif suisse de l'année. Et pourtant, tout le monde est admiratif.

par
Christian Maillard
Genève
Jamais la Suisse n'avait pu s'appuyer sur un duo de la trempe de Martin Fuchs (à gauche) et Steve Guerdat.

Jamais la Suisse n'avait pu s'appuyer sur un duo de la trempe de Martin Fuchs (à gauche) et Steve Guerdat.

AFP

Victorieux de 106 épreuves de puissance en Europe dans sa carrière, François Vorpe avait fait des «six barres» sa spécialité. Le Jurassien de 66 ans, qui a participé à plusieurs éditions du concours hippique de Genève, revient toujours à Palexpo avec le sourire. Même quand il est fâché, c'est si rare. «Je suis scandalisé, s'exclame cet ancien croque-mort. On possède deux sportifs exceptionnels qui sont les meilleurs au monde et ils ne sont même pas nominés pour le prix du sportif suisse de l’année. Vous trouvez normal, vous?» Lui ne comprend vraiment pas. Il n’est pas le seul. «C’est comme si on crachait sur notre sport, cela donne vraiment le baromètre de l’équitation en Suisse. Peut-être que les gens qui ont décidé de ne pas choisir Steve Guerdat et Martin Fuchs pensent que c’est surtout le cheval qui fait tout le boulot. Quelle erreur...»

Cela ferait certainement sourire les cavaliers des autres nations qui ont été interrogés par le magazine «Le Cavalier Romand». Ils sont tous admiratifs et dithyrambiques par rapport à nos deux champions. Morceaux choisis:

Daniel Deusser (All), No 3 mondial: «Cela devrait être une fierté pour votre pays. Moi qui n’a été No 1 mondial que trois mois, une fois durant un mois et une autre fois pendant deux mois, c'était un honneur. Pour un cavalier de ce niveau c'est un but de connaître ce sentiment au moins à une reprise. Chapeau à Steve qui gère extrêmement bien ses chevaux, qui sait les ménager et prendre le temps. C’est un très grand champion avec un très grand nombre de chevaux différents. Martin Fuchs est plus jeune et n'a pas le même parcours mais c'est un super talent qui possède un cheval exceptionnel.»

Peder Fredricson (Suè), No 5 mondial: «C’est magnifique pour vous d’en avoir deux au sommet, la Suisse doit savourer ça! Steve est un cavalier vraiment impressionnant en obtenant le meilleur de chaque cheval en montant d’une façon naturelle. Martin a aussi un parcours remarquable.»

Christian Ahlmann (All), No 8 mondial: «Les deux viennent d’une super famille, expérimentée et travailleuse, ils savent qu’il faut bosser dur. Et en plus ils ont beaucoup de talent.»

Markus Fuchs (No 1 mondial durant 12 mois entre 2003 et 2004): «Jamais la Suisse n'avait réussi ça. Willi Melliger et moi, on avait été No 1, mais à des périodes bien différentes où la concurrence était moins élevée qu'aujourd'hui. Steve et Martin sont vraiment exceptionnels, très doués et si professionnels dans la gestion de leur carrière. Mais aussi dans la préparation incomparable avec mon époque. Ils évoluent dans une autre ligue. Ils vont encore nous épater longtemps.»

N’en jetez plus, ils font l'unanimité dans le paddock de Palexpo. Malheureusement ni l'un ni l'autre ne sera sportif suisse de l’année. Et pourtant...

Votre opinion