FOOTBALL: «On défile ou on se trouve un trou dans la montagne!»

Actualisé

FOOTBALL«On défile ou on se trouve un trou dans la montagne!»

Didier Tholot, l'entraîneur du FC Sion, a posé les jalons d'avant-finale de Coupe, dimanche contre Bâle. Mais il se dit serein.

par
Renaud Tschoumy
Martigny
Didier Tholot en conférence de presse ce jeudi matin.

Didier Tholot en conférence de presse ce jeudi matin.

Keystone

Didier Tholot, tout le Valais attend cette treizième Coupe, cette treizième étoile sur le drapeau du FC Sion...

(Il coupe) Oui, on connaît le tarif: ou on gagne et on défile, ou on se trouve un trou dans la montagne pour aller s'y cacher! Vous me parlez de pression? Bien sûr qu'elle est là. Mais tous mes joueurs s'entraînent pour vivre ce genre de matches à haute pression. Pour ma part, je suis excité d'y aller (ndlr: en finale). Excité, mais serein. On s'est battus pour décrocher cette finale, on va maintenant l'aborder avec le calme nécessaire.

Vous mettez le cap ce jeudi en fin de journée sur Meisterschwanden. Est-ce pour fuir la frénésie qui est en train de s'emparer de tout le Valais?

La fuir, non. Mais trouver le calme, oui. Dans mon idée, on a tout fait pour que les joueurs soient prêts et informés,. Il reste des détails à régler, c'est ce à quoi on s'attachera à Meisterschwanden.

En face, ce sera Bâle. Qui plus est à Bâle. Votre opinion?

On sait que le FC Bâle a été construit pour réussir en Ligue des champions, ce qu'il a fait, et que sur la durée d'un championnat, il est très difficile de rivaliser avec lui. Mais sur un match, il n'est pas intouchable. A nous de trouver les clés et de réussir à faire douter les Bâlois.

Vous étiez déjà à la tête du FC Sion lors de sa victoire en Coupe en 2009. Peut-on tirer des parallèles six ans plus tard?

Il y a certaines similitudes. Les deux fois, je suis arrivé en deuxième partie de saison, avec comme objectif premier d'assurer la place du club dans l'élite. Les deux fois, l'objectif a été atteint. Et les deux fois, on se sera attaqué à une équipe évoluant sur sa pelouse: Young Boys à Berne en 2009, et cette fois Bâle à Saint-Jacques. Alors effectivement, j'aimerais que l'issue soit la même pour que les similitudes perdurent.

Ton opinion