26.11.2019 à 16:34

«On espère qu'ils vont les sortir vivants»

Albanie

Cris de détresse et de joie après le séisme qui a fait au moins 20 morts et des centaines de blessés, en Albanie.

Durres, localité albanaise durement touchée mardi par un séisme meurtrier, résonne des cris de détresse d'habitants encore pris au piège des immeubles effondrés mais aussi de cris de joie quand les secouristes extirpent vivante une victime des ruines.

L'Albanie a été frappée aux premières heures par le plus puissant tremblement de terre survenu dans ce petit pays des Balkans depuis plusieurs décennies.

A Durres, ville du littoral adriatique prisée pour ses plages comme à Thumane, au nord de la capitale, des immeubles ont été réduits en poussière. D'autres ont été fortement endommagés par la catastrophe qui a fait une vingtaine de morts.

1 / 23
Les secouristes continuent de fouiller les décombres. Dix nouvelles dépouilles ont été retrouvées ce jeudi.  Le séisme a fait désormais 40 morts. (28 novembre 2019)

Les secouristes continuent de fouiller les décombres. Dix nouvelles dépouilles ont été retrouvées ce jeudi. Le séisme a fait désormais 40 morts. (28 novembre 2019)

AFP
«Nous avons retrouvé dix nouvelles victimes dans la nuit», a déclaré le ministère dans un communiqué. (28 novembre 2019)

«Nous avons retrouvé dix nouvelles victimes dans la nuit», a déclaré le ministère dans un communiqué. (28 novembre 2019)

AFP
Les secours ont retrouvé 46 survivants qui ont été hospitalisés à Tirana, mais les espoirs de retrouver d'autres victimes encore en vie s'amenuisent au fil des heures. (28 novembre 2019)

Les secours ont retrouvé 46 survivants qui ont été hospitalisés à Tirana, mais les espoirs de retrouver d'autres victimes encore en vie s'amenuisent au fil des heures. (28 novembre 2019)

AFP

Dans cette localité portuaire qui compte avec ses alentours 400'000 habitants, l'angoisse des gens qui attendent devant des immeubles détruits que les secouristes fassent leur travail est palpable, encore aggravée par des cris qui s'échappent des gravats.

Les répliques qui ne finissent pas de succéder au séisme initial de magnitude 6,4 accentuent la peur. A chaque nouvelle secousse, les habitants paniqués se mettent à courir de crainte d'être ensevelis. Des enfants pleurent dans la rue.

Devant un immeuble de cinq étages complètement effondré, où neuf personnes, dont des femmes et des enfants, sont encore prises au piège selon les habitants, la tension règne.

«C'est terrible, c'est horrible. On espère qu'ils vont les sortir vivants», lance en larmes Astrit Cani, un jeune homme de 25 ans.

On entend des cris de femme qui émanent des ruines où s'affairent soldats, policiers et secouristes.

«Heureux de sauver une vie»

Une femme d'une cinquantaine d'années s'en prend aux journalistes accusés d'être insensibles. «Une petite fille de neuf ans est en train de lutter là-dedans contre la mort», s'écrie-t-elle en larmes.

Tout près, un autre bâtiment de 10 étages est fortement endommagé. Les gens ont peur de rentrer chez eux. Les policiers ont de toute manière mis en place des périmètres de sécurité autour des immeubles touchés.

L'Albanie est connue pour son urbanisme sauvage, en particulier dans les zones touristiques, où bon nombre de maisons ont été érigées sans permis de construire et au mépris des règles de sécurité.

Mais parfois, l'attente est récompensée par une issue heureuse. Sur la plage, les sauveteurs ont ainsi réussi à extraire, sous les applaudissements, un jeune homme des décombres du bar-hôtel Miomare, totalement en ruines.

«Bravo, bravo», lance la foule à l'endroit des secouristes. «De l'eau, de l'eau, de l'eau», demande le jeune homme avant d'être embarqué sur un brancard puis conduit dans une ambulance.

«On a sauve une vie, je suis heureux», confie Agim, un secouriste, à l'AFP. Les opérations pour récupérer la victime ont duré plus de deux heures et mobilisé environ 25 personnes, qui se sont entre autres servies de cordes afin de la sortir de là.

«Il faut faire attention, un faux pas serait fatal», ajoute le secouriste, visiblement ému. Puis, les secours reprennent leur tâche, à la recherche d'autres survivants.

Au total, 42 personnes avaient été récupérées dans l'après-midi dans tout le pays par les milliers de militaires, policiers et sauveteurs mobilisés.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!