Valais: On lui vole un cor des Alpes: «C’est irréel!»
Publié

ValaisOn lui vole un cor des Alpes: «C’est irréel!»

L’instrument avait été laissé sur la banquette arrière d’une voiture, plié en trois dans son étui, à côté d’un baryton.

par
Vincent Donzé
Le cor des Alpes a été offert «pour tes 20 ans», un signe distinctif qui rend l’instrument reconnaissable.

Le cor des Alpes a été offert «pour tes 20 ans», un signe distinctif qui rend l’instrument reconnaissable.

DR

Voler un cor des Alpes, pour quoi faire? «C’est irréel, absolument incompréhensible», commente Christian Studer (49 ans), du côté d’Hérémence (VS). Ce qui chagrine ce musicien amateur de brass band, c’est que l’instrument déposé sur la banquette arrière de sa voiture ne lui appartient pas.

«Cet instrument m’a été prêté par un ami qui l’avait reçu pour ses 20 ans», a-t-il écrit dans un appel posté sur Facebook, relayé 1600 fois, notamment à Bienne, où le hameau valaisan de Mâche a été confondu avec le quartier biennois de Mâche…

Pavillon gravé

«Le pavillon est gravé avec l’année 1993», a précisé Christian Studer, au sujet du cor dérobé vendredi dernier dans sa voiture. «Elle était parquée à 100 mètres de mon domicile. J’étais occupé à vider mon coffre quand un téléphone suivi d’un autre m’a tenu à l’écart de ma voiture», raconte ce musicien amateur chevronné.

Distrait par ces conversations, Christian Studer n’a récupéré ni le cor des Alpes, ni le baryton posés sur la même banquette arrière. Ce n’est que le lendemain, de retour dans sa voiture, que le musicien s’est posé des questions: «Je me suis dit que par automatisme que j’avais rentré l’instrument chez moi», confie-t-il.

Baryton manipulé

Le samedi soir, ruelle du Sommet 13, Christian Studer s’est rendu à l’évidence: le cor des Alpes était introuvable et la seule explication plausible, c’était un vol: «J’ai remarqué que le baryton avait été manipulé: la coulisse d’accord était tombée du sac à dos».

La voiture n’était pas parquée au bord d’une route fréquentée, mais dans un parking peu fréquenté situé sur un terrain communal, en zone d’avalanche, tout en haut du village. Un bout de terrain où il ne passe habituellement que des aînés, au bout d’une route en entonnoir. Christian Studer en a les bras coupés: «C’est hallucinant! C’est aberrant», dit-il en cherchant ses mots.

Faire son choix

Visiblement, le voleur s’est intéressé aux deux instruments, mais il n’a emporté que le cor, les trois parties qui le composent étant rangées dans son étui. «Le cor et le baryton étant des instruments volumineux, le voleur a dû faire son choix», se dit Christian Studer, responsable du matériel et des partitions de l’ensemble de cuivre «La Riviera vaudoise», qui répète hors pandémie à Prilly (VD) et qui devait se produire dans l’émission «Kiosque à musiques» de la RTS.

L’espoir de Christian Studer, c’est de récupérer un instrument qui vaut entre 2000 et 3000 francs, mais dont la perte est surtout sentimentale. «Mon copain d’enfance est déçu», rapporte ce musicien. Le voleur a-t-il commis son forfait dans le but de vendre l’instrument? «Il irait bien au-dessus d’une cheminée, dans un chalet», soupire Christian Studer.

Ceux qui savent jouer du cor des Alpes ne sont peu nombreux, mais le musicien amateur de Mâche ose une réflexion: «Si au moins le voleur en jouait, ce serait une semi-consolation», conclut-il, en gardant l’espoir de récupérer ce cor unique sur lequel avait été gravé, il y a 28 ans, «pour tes 20 ans».

Votre opinion