Annonces du Conseil fédéral - «On ouvre samedi!» La plupart des mesures sanitaires sont levées 
Publié

Annonces du Conseil fédéral«On ouvre samedi!» La plupart des mesures sanitaires sont levées

Le gouvernement va plus loin et plus vite que prévu. Il invite la population à continuer à se faire vacciner pour contrer la progression du variant Delta.

par
Yannick Weber
Fabien Eckert
Dès ce week-end, les boîtes sont autorisées à rouvrir sans restriction (pour autant qu’on ait un certificat Covid).

Dès ce week-end, les boîtes sont autorisées à rouvrir sans restriction (pour autant qu’on ait un certificat Covid).

VQH

Les allègements en bref

  • Il n’y a plus de limitation du nombre de convives par table au restaurant en terrasse mais aussi à l’intérieur.

  • Il n’y a plus de limite de capacité ni d’obligation du port du masque dans les manifestations qui utilisent le certificat.

  • Il n’y aura pas de limite de capacité ni de port du masque dans les boîtes de nuit mais un certificat sera nécessaire pour entrer.

  • Le port du masque n’est plus obligatoire à l’extérieur ni dans les classes du secondaire II.

  • Le télétravail n’est plus obligatoire et les entreprises ne sont plus tenues de faire des dépistages hebdomadaires.

  • Les magasins ne sont plus obligés d’avoir une limitation du nombre de clients.

  • Les restrictions d’entrée en Suisse pour les ressortissants de pays tiers sont levées pour les personnes vaccinées ou guéries.

  • La liste des quarantaines au retour de pays à risque ne contient plus que ceux où circule un variant, et les personnes vaccinées ou guéries sont exemptées de quarantaine.

  • La validité du certificat Covid sera prolongée à 12 mois pour les personnes vaccinées et le changement se fera automatiquement. La durée de 6 mois ne change pas pour les personnes guéries.

«Il ne reste que peu de mesures, mais celles qui restent doivent être suivies, elles ne sont pas là pour rien.» Alain Berset a ainsi résumé les derniers assouplissements décidés et qui entrent en vigueur dès ce samedi.

Pas terminé… ou presque

Il n’y aura presque plus aucune restriction dans les restaurants, le port du masque ne sera plus obligatoire à l’extérieur ni dans certaines classes, et même les discothèques pourront ouvrir sans aucune mesure sanitaire pour les détenteurs de certificats Covid.

Dépasser le Delta

«La situation a continué de s’améliorer. Fin juin, 50% de la population adulte complètement vaccinée», a indiqué le ministre de la Santé. Toutefois, une certaine prudence reste de mise en raison de la progression du variant Delta. «La pandémie n’est pas terminée», a-t-il tempéré.

Le ton reste optimiste, les données indiquant que les deux vaccins utilisés en Suisse sont efficaces pour le barrer. «Contrairement à certains pays, nous avons une situation enviable à l’arrivée des vacances d’été», a dit Alain Berset. Plus la population sera vaccinée, moins le variant pourra se propager.

Retrouvez ici le déroulé en direct de la conférence de presse.

«Samedi à minuit, une minute!»

Du côté des boîtes de nuit, l’un des secteurs les plus touchés par la pandémie, les annonces sont évidemment bienvenues. «On ouvrira la nuit de vendredi à samedi à minuit et une minute», dit Igor Blaska, codirecteur du MAD à Lausanne, qui se dit «pris au dépourvu». «On s’attendait à ça, mais la semaine prochaine. C’est donc le branle-bas de combat», témoigne-t-il.

«C’est une très bonne nouvelle, pour nos équipes, nos artistes et nos clients. On n’en avait plus l’habitude, d’autant qu’elle intervient plus vite que prévu. On ouvrira samedi, nous serons en rodage. On s’attend davantage à un très gros week-end la semaine prochaine», indique à son tour Thierry Wegmüller, patron du D! Club et de l’ABC à Lausanne ainsi que président de l’association faîtière La Belle Nuit.

Quelques difficultés

À Genève, on se réjouit également, mais on met tout de même le doigt sur des difficultés. «On a aucune info au sujet du Certificat Covid. On ne sait pas comment le système fonctionne. On se demande également si le staff et les artistes vont eux aussi devoir être détenteurs d'un certificat? Ce ne sont pas des détails», dit Gil Charmillot, président du Grand Conseil de la Nuit.

Quant à l’affluence, il craint qu’elle ne soit pas tout de suite au rendez-vous. «Notre public est plutôt jeune. Ce sont des personnes qui ne sont pas forcément vaccinées ou qui n'ont pas encore pu l'être. Imaginez que sur un groupe de dix, il y en ait deux ou trois qui sont non vaccinés, c'est sûr qu'ils vont préférer rester ensemble et opter pour une soirée dehors», constate-t-il.

Un «certificat souvenir»

«Ce week-end, on donnera accès uniquement à la grande salle d’une capacité de 1000 personnes. Le week-end prochain, ce sera tout le MAD qui sera ouvert avec sa jauge habituelle de 1600 personnes», indique Igor Blaska, côté lausannois.

«Samedi, ce seront nos DJ résidents qui joueront sur le thème de soirée «We are Back!» Pour moi, cette fois, c’est bel et bien reparti, et on l’espère sans crainte de refermeture comme l’an passé. Je suis d’un naturel optimiste», ajoute Thierry Wegmüller.

Même ton du côté du MAD: «C’est quand même un peu flippant. Je me pose la question de savoir si les gens vont revenir même si je suis persuadé qu’ils ont envie de ressortir. On positive», dit son codirecteur, qui ne manque pas d’idées. «On va distribuer à l’entrée un certificat souvenir aux gens qui auront été les premiers clubbers à pouvoir ressortir normalement. Ils pourront l’encadrer et le montrer à leurs petits-enfants», promet-il.

RHT et étrangers: le Conseil fédéral adapte ses lois

Au point de vue économique, les RHT sont une nouvelle fois étendues. «La prolongation de la durée maximale d’indemnisation en cas de RHT à 24 mois permet de maintenir le soutien aux entreprises. Cette mesure s’appliquera jusqu’au 28 février 2022», précise le Conseil fédéral.

Par ailleurs, la loi sur les étrangers devrait être adaptée pour obliger les étrangers qui doivent être expulsés du territoire à se soumettre à des tests PCR de dépistage. «Il arrive de plus en plus fréquemment que des personnes qui relèvent des domaines de l’asile ou des étrangers et sont tenues de quitter la Suisse refusent de se soumettre à un test Covid-19 dans le but d’empêcher l’exécution de leur renvoi», constate la Confédération.

Votre opinion

86 commentaires