Formule 1 - On refait le 48e tour
Publié

Formule 1On refait le 48e tour

L’écurie Mercedes a obtenu le droit de faire examiner une nouvelle fois l’incident de course qui a fait sortir de route les deux leaders de la course, au Brésil. Dans l’espoir d’infliger une pénalité à Max Verstappen.

par
Luc Domenjoz

Double sortie de piste

48e tour du Grand Prix du Brésil. Après être parti dixième sur la grille de départ, Lewis Hamilton s’est livré à une remontée d’anthologie pour revenir dans les roues de la Red Bull de Max Verstappen, qui mène la course.

Pour le pilote Mercedes, il est d’autant plus important de prendre la tête que son rival, à ce moment-là, comptait 21 points d’avance au championnat du monde. Une nouvelle victoire du Néerlandais devant le Britannique, et le premier montait son avance à 28 points.

Par contre, si le septuple champion du monde parvenait à prendre la tête, cet écart allait se diviser par deux et se réduire à 14 points. Une différence énorme dont les deux pilotes étaient bien conscients et qui constituait tout l’enjeu du dépassement à venir.

Le duel entre Max Verstappen (devant) et Lewis Hamilton est loin d’être fini.

Le duel entre Max Verstappen (devant) et Lewis Hamilton est loin d’être fini.

AFP

Au 48e tour, profitant de la vitesse de pointe supérieure de sa Mercedes (22 km/h de plus que la Red Bull), Lewis Hamilton a passé par l’extérieur, avant que son adversaire ne garde l’intérieur et ne repousse la Mercedes en sortant lui-même de la piste.

Un comportement qui viole deux articles du règlement sportif: premièrement, le pilote Red Bull a gagné une place en sortant de la piste – et dans un tel cas, il devrait rendre la place indûment gagnée. Et deuxièmement, son comportement pourrait être considéré comme dangereux.

Droit de revoir

Pourtant, les commissaires sportifs du Grand Prix du Brésil, pendant la course, ont classé l’affaire sans sanctionner le Néerlandais – alors que d’autres, cette saison, ont déjà été pénalisés de 5 secondes pour une conduite similaire.

Pendant le Grand Prix, sur la voiture de Max Verstappen, les commissaires n’ont eu accès qu’à la caméra arrière pour juger. Pour des raisons techniques, une seule caméra à la fois peut être transmise à la réalisation, les images des autres caméras doivent être téléchargées à la fin des courses.

Ce fut le cas de la caméra «avant» de la Red Bull, celle qui montre comment Max Verstappen s’est comporté depuis son cockpit. Une fois ces images rendues publiques (sur le compte Twitter officiel de la F1), l’écurie Mercedes a constaté que le Néerlandais n’a pas tourné son volant suffisamment, sortant de route volontairement pour entraîner Lewis Hamilton à l’extérieur – quitte à provoquer un accrochage éliminant les deux pilotes.

Mercedes considère que ces images constituent un «élément nouveau» qui n’était «pas disponible aux commissaires» au moment de blanchir Max Verstappen.

Michael Masi lui-même, le directeur de course, admet que ces images étaient potentiellement explosives. D’où la demande de révision du jugement brésilien déposée par l’équipe Mercedes.

Verstappen ne s’en fait pas

De son côté, Max Verstappen affirme ne se faire aucun souci avant ce nouveau jugement. «Nous nous battions très durement avec Lewis, on a freiné tard, les pneus étaient usés, affirme-t-il. Si j’avais tourné mon volant plus fort, je partais en tête-à-queue. C’est notre boulot, à nous les pilotes, de contrôler notre voiture.»

Alors que son équipe a été entendue par les commissaires jeudi, le pilote Red Bull affirme ne pas avoir regardé les images publiées sur Twitter: «Je n’ai pas besoin de les voir, je les ai vécues. Je sais exactement ce qui s’est passé. C’était une belle bataille, je me suis bien amusé.»

La suite du duel entre Lewis Hamilton (à g.) et Max Verstappen (à dr.) est prévue pour ce week-end au Qatar.

La suite du duel entre Lewis Hamilton (à g.) et Max Verstappen (à dr.) est prévue pour ce week-end au Qatar.

AFP

Jeudi, les commissaires brésiliens ont auditionné les responsables des écuries Red Bull et Mercedes. S’ils considèrent, au vu des nouvelles images, que Max Verstappen devrait être sanctionné, ils doivent d’abord décider que les éléments nouveaux apportés par Mercedes justifient la réouverture du cas, puis, le cas échéant, décider ou non d’une sanction: soit lui infliger trois ou cinq places de pénalité sur la grille de départ du Grand Prix du Qatar, dimanche, soit – plus probablement – ajouter 5 secondes de pénalité à son temps du Grand Prix du Brésil, ce qui le ferait passer troisième, derrière Valtteri Bottas, et perdre ainsi trois points (la différence entre la deuxième et la troisième place).

Mais après sept heures de délibération, jeudi, ils ne sont pas parvenus à la moindre conclusion – même pas celle d’entrer ou non en matière!

Leur verdict a été reporté d’un jour et est attendu pour ce vendredi, dans la journée.

Votre opinion