Bienne: Opération gueule ouverte pour le QG reptilien de Swatch
Actualisé

BienneOpération gueule ouverte pour le QG reptilien de Swatch

Le public a pu découvrir samedi un drôle de dragon rue Nicolas-G.-Hayek 1: le nouveau siège de la marque.

par
lematin.ch
Vue aérienne du nouveau quartier général Swatch. L'impressionnant ouvrage était visitable samedi dernier.

Vue aérienne du nouveau quartier général Swatch. L'impressionnant ouvrage était visitable samedi dernier.

DR/Swiss Watches

La collaboration a duré huit ans, entre Nayla et Nick Hayek, respectivement présidente et directeur de Swatch Group, et l’architecte japonais Shigeru Ban, qui a réalisé à Bienne, dit-il, le projet de sa vie. Samedi après-mdi, le public a pu visiter librement cette création à 125 millions de francs.

L’adresse, c’est rue Nicolas-G.-Hayek 1. Le nom du fondateur de Swatch Group – fauché par une crise cardiaque en plein travail sur ce site industriel le 28 juin 2010 – ne figure pas seulement sur une plaque: parions que ses deux enfants l’avaient constamment à l’esprit, jeudi, et leurs invités sans doute aussi.

Un espace ce vie

Ceux qui ont côtoyé Nicolas G. Hayek savaient que le patron horloger ne voulait pas se couper du public. Les trolleybus qui passent sous l’arcade créée par Shigeru Ban incarnent cet esprit. L’espace aménagé en collaboration avec la Ville n’est ni privatisé, ni maniéré: c’est un espace de vie.

De l’autre côté de la cité horlogère, près du lac, le siège de Swatch Group n’est pas une tour d'ivoire non plus: aucune clôture n’encadre la pelouse.

Modestement monumental

Jeudi, près de l’ancien stade de la Gurzelen recyclé en temple de la culture alternative biennoise, c’est l’architecture qui était au centre des discussions. Nick Hayek voulait un immeuble monumental sans être impressionnant.

Mais l’atout de cette réalisation réside aussi dans son ancrage dans le tissu urbain. Si les politiciens s’en félicitaient jeudi, en période électorale, c’est aussi parce que dans un quartier d’habitation en pleine mutation, 400 employés travailleront dans le bâtiment de Shigeru Ban, boa pour les uns, dragon pour les autres.

Vincent Donzé

Votre opinion