Publié

Petite enfanceOtto Ineichen veut construire 100 crèches «low cost»

Le libéral-radical lucernois fondateur des magasins «Otto le soldeur» veut proposer un réseau de garderies à prix abordable via sa Fondation Speranza.

Ces crèches, qui seront nettement meilleur marché que les autres, doivent être mises en place en deux ans, selon Otto Ineichen.

Ces crèches, qui seront nettement meilleur marché que les autres, doivent être mises en place en deux ans, selon Otto Ineichen.

Keystone

La Fondation Speranza, fondée par le conseiller national Otto Ineichen, veut créer dans toute la Suisse un réseau d'une centaine de crèches qui soient «abordables aussi pour des personnes disposant d'un revenu normal». La première doit s'ouvrir en avril à Beromünster (LU).

Ces crèches, qui seront nettement meilleur marché que les autres, doivent être mises en place en deux ans, a indiqué mercredi la fondation. Le prix se montera à environ 70 francs par jour, alors que dans d'autres établissements, il atteint parfois le double, a précisé Jörg Sennrich, directeur de la Fondation Speranza.

Selon M. Ineichen (PLR/LU), la Suisse souffre d'un manque aigu de personnel qualifié. «C'est pourquoi il est très important que les mères qui souhaitent travailler puissent retourner sur le marché du travail».

Pas de personnel étranger

S'agissant du personnel, la fondation veut recourir à des personnes résidant en Suisse plutôt que miser sur du personnel bon marché recruté dans les pays voisins. M. Sennrich a confirmé une information de la «Neue Luzerner Zeitung» selon laquelle Otto Ineichen souhaitait dans un premier temps engager du personnel moins cher à l'étranger.

Après avoir mené des discussions avec l'Association suisse des structures d'accueil pour l'enfance (ASSAE), le conseiller national a toutefois renoncé à cette idée. La priorité réside dans la qualité de la prise en charge de enfants. Speranza et l'ASSAE étudient maintenant une offre de formation continue pour les collaborateurs des crèches.

Soutien de l'économie

Pour financer son projet, Otto Ineichen cherche du soutien du côté de l'économie. Pour l'instant, il a déjà trouvé trois entreprises, dont les noms ne sont pas encore dévoilés. Concrètement, les crèches Speranza offriront une prise en charge professionnelle pour les enfants entre quatre mois et environ 9 ans. Ils seront répartis en groupes de 10 à 12. Les crèches seront ouvertes entre deux et cinq jours par semaine, de 06h00 à 19h00.

La première crèche Speranza sera ouverte en avril à Beromünster. Des discussions sont en cours avec sept autres communes, a précisé Jörg Sennrich.

La Fondation Speranza a notamment pour objectif de soutenir des jeunes en difficulté sur le plan professionnel et d'aider des chômeurs de longue durée ou des invalides à se réinsérer dans le monde du travail.

Ton opinion