HOCKEY SUR GLACE: Où va l’argent de toutes ces amendes?
Publié

HOCKEY SUR GLACEOù va l’argent de toutes ces amendes?

La Fédération suisse inflige des sanctions aux clubs avant que les joueurs passent à la caisse. Mais que fait-elle des 275’000 francs qu’elle récolte en moyenne chaque année?

par
Christian Maillard
Rien que lors du match entre Ambri Piotta et Genève, la Fédération a encaissé 16’400 francs!

Rien que lors du match entre Ambri Piotta et Genève, la Fédération a encaissé 16’400 francs!

Pierre Maillard

Six mille francs par ci pour une grosse charge proche de la bande , cinq mille sept cents par là pour accrocher un arbitre et encore deux mille cinq cents pour un vilain coup de canne: par ici la monnaie! La Fédération suisse de hockey sur glace a eu la main lourde ces dernières semaines en distribuant ses amendes assorties de matches de suspension. C’était notamment le cas mardi dernier à Ambri où, rien que sur un seul match, elle a encaissé la coquette somme de seize mille quatre cents francs, dont uniquement quinze mille six cent cinquante pour les Servettiens et seulement sept cent cinquante au Tessinois Zaccheo Dotti.

Ce sont plusieurs milliers de francs qui sont versés par les clubs chaque année à la Fédération suisse de hockey.

Ce sont plusieurs milliers de francs qui sont versés par les clubs chaque année à la Fédération suisse de hockey.

LMS

Mais que font-ils de tout cet argent?

«Nous l’utilisons pour, entre autres, financer l’organisation juridique de la National League et de Swiss League, plus précisément pour défrayer les juges uniques et les players safety officers, explique Manuela Hess, Head of Communication de la Swiss Ice Hockey Federation. Nous avons également pu partiellement financer la campagne Respect.»

Et la responsable des médias de préciser que les amendes sont déterminées selon des tarifs qui sont connus par les clubs et les joueurs. «Lors de ces dernières saisons, comme c’était encore le cas lors du dernier exercice, nous touchons environ 275’000 francs par an concernant le sport d’élite, à savoir la National League et la Swiss League», renchérit la cheffe de presse, ajoutant que «l’amende augmente progressivement si un joueur est suspendu pour plusieurs matches mais que chaque cas sera jugé seul, selon d’autres directives.»

‹‹Les joueurs sont responsables de leurs actes et en supportent les conséquences››

Thierry Meyer, responsable des relations médias du Lausanne HC

Question: qui s’acquitte de ces amendes, le club ou les joueurs? À Lausanne, la réponse est claire, limpide, sans équivoque: «On n’a qu’une seule position, les joueurs sont responsables de leurs actes et en supportent les conséquences», répond Thierry Meyer, responsable des relations médias du Lausanne HC.

Si à Genève, on ne communique pas sur ce sujet, tout juste laisse-t-on entendre que «cela dépend forcément des cas», si le puni se sent lésé ou pas par la sanction, comme c’était le cas avec Henrik Tömmernes, injustement pénalisé d’un match de suspension.

Doit-il passer à la caisse pour un geste qui ne méritait pas une telle sanction? «À mon avis, il y a peu d’injustice dans le hockey suisse, estime Martin Steinegger, directeur sportif du HC Bienne. Chez nous, ce sont aussi les joueurs qui payent. C’est uniquement si on décide de faire recours qu’on peut éventuellement discuter. Mais honnêtement, si les fautes sont parfois graves, les amendes ne sont pas vraiment élevées en Suisse.» C’est son avis.

«À quelques exceptions près, toutes les amendes sont à la charge du fautif, en loccurrence du joueur ou d’un membre du staff, poursuit Raphaël Berger, directeur général de Fribourg-Gottéron. Il y a deux ou trois ans, nous avions d’ailleurs payé la note pour une charge incorrecte d’un gars chez nous qui avait défendu son coéquipier en allant corriger un adversaire pour le venger.» Mais le dirigeant explique qu’il arrive aussi, selon le type de faute commise et le nombre de matches de suspension, que le club inflige, en plus de la sanction de la ligue, une amende supplémentaire au banni qui sera retirée de son salaire.

‹‹Un joueur qui donnerait un coup de canne à l’arbitre et qui prend 15 matches de suspension ne sera pas payé pendant cette période››

Raphaël Berger, directeur général de Fribourg-Gottéron

«Un joueur qui donnerait un coup de canne à l’arbitre et qui prend 15 matches de suspension ne sera pas payé pendant cette période, remarque Raphaël Berger. Si la faute n’a rien à voir dans le cadre du jeu, on se réserve la possibilité, selon notre règlement interne, d’alourdir l’amende. D’un autre côté, s’il devait y avoir une mauvaise charge dans le dos, dans le feu de l’action, on ne va pas remettre une couche et punir le joueur, même si on n’aime pas voir ce genre de choses. Car on ne peut pas lui demander de jouer dur de manière intense et agressive et le punir derrière, ce ne serait pas correct. On est dans un jeu de contact, un sport qui peut être parfois violent, mais on doit toujours rester dans le cadre acceptable

Et le directeur de rappeler qu’il fut un temps où ce n’était pas le bon joueur qui était puni. «Dans ce cas de figure, nous contestions la sanction et le club se chargeait de payer si notre avis n’avait pas été pris en compte.» Avec les nombreuses caméras dans les patinoires désormais, cela n’arrive plus.

‹‹Aucun club ne va rembourser pour un mauvais coup, même s’il y a parfois des choses qui sont défendables.››

Dany Gélinas, coach du HC Sierre

Coach du HC Sierre, qui évolue en Swiss League, Dany Gelinas explique que c’est son club qui s’occupe de régler les amendes à la Fédération. «Ensuite, on retire la somme sur les salaires des joueurs incriminés, précise le Québécois. À vrai dire, aucun club ne va rembourser pour un mauvais coup, même s’il y a parfois des choses qui sont défendables.» Comme le résume Loïc Burkhalter, directeur sportif du HC La Chaux-de-Fonds, «si un gars va aider un copain lors d’une bagarre, on peut entrer en matière, sinon, ce sont les joueurs qui passent à la caisse.» Mille, deux mille francs, par ici la monnaie…

Votre opinion

22 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

GSHClovelovelove

19.01.2021, 14:59

je me marre ! non ! Je me tords de rire ! Dès qu'on parle du grand Gnève-Servette, les forums s'enflamment. Je constate qu'il n'y a vraiment rien d'autre à faire dans vos bleds !

Atm

19.01.2021, 14:47

Je ne me rappelle pas les dernières suspensions des Scherwey et autre Rüfenacht, pour ne parler que des plus connus de ce côté de la Sarine... C’est pas vraiment des joueurs de legos non plus...

Y en a point comme nous

19.01.2021, 14:31

Les vaudois ne sont jamais responsables de quoi que ce soit. Ce n'est pas une surprise, même la mère Bolt ne transmet pas le (la) Covid à son entourage et aux joueurs du Lhc et les avalanches ne sont jamais provoquées par les skieurs qui font du hors piste. Manipulations géniales des médias.