Publié

Crash de Germanwings«Ouvre cette foutue porte!», a supplié le pilote

«Ouvre cette foutue porte!», a hurlé quelques minutes avant la catastrophe le commandant de l'Airbus A320 de Germanwings à son copilote qui précipitait l'appareil vers le sol. Les passagers criaient également.

1 / 142
Quelque 350 personnes, proches des victimes du crash d'un avion de la compagnie allemande Germanwings, sont venues samedi se recueillir dans les Alpes françaises. Le drame y avait fait il y a trois ans 150 morts. (Samedi 24 mars 2018)

Quelque 350 personnes, proches des victimes du crash d'un avion de la compagnie allemande Germanwings, sont venues samedi se recueillir dans les Alpes françaises. Le drame y avait fait il y a trois ans 150 morts. (Samedi 24 mars 2018)

AFP
En septembre, une sculpture de Jürgen Batscheider, intitulée «Sonnenkugel» (sphère solaire, en allemand), a été déposée par hélicoptère sur le lieu d'impact. L'oeuvre, de cinq mètres de diamètre, renferme un cylindre et des sphères en bois à l'intérieur desquelles les familles des victimes ont placé leurs souvenirs personnels. (Samedi 24 mars 2018)

En septembre, une sculpture de Jürgen Batscheider, intitulée «Sonnenkugel» (sphère solaire, en allemand), a été déposée par hélicoptère sur le lieu d'impact. L'oeuvre, de cinq mètres de diamètre, renferme un cylindre et des sphères en bois à l'intérieur desquelles les familles des victimes ont placé leurs souvenirs personnels. (Samedi 24 mars 2018)

AFP
Des familles de victimes sud-américaines entament une procédure en justice contre Germanwings. (Dimanche 7 mai 2017)

Des familles de victimes sud-américaines entament une procédure en justice contre Germanwings. (Dimanche 7 mai 2017)

AFP

Ces éléments, issus de la boîte noire qui enregistrait les sons à l'intérieur du cockpit, ont été dévoilés par l'édition dominicale du quotidien allemand Bild. Le procureur de Marseille avait expliqué jeudi que cet enregistrement montrait que le copilote avait verrouillé la porte du cockpit après la sortie momentanée du commandant de bord, avant de déclencher la descente de l'avion vers le sol.

Mais il n'avait pas détaillé la teneur des échanges entre les deux hommes. Selon Bild, les 20 premières minutes du vol sont l'occasion d'échanges banals entre les deux pilotes. Le commandant explique notamment au copilote qu'il n'a pas eu le temps d'aller aux toilettes au départ, à Barcelone.

A 10h27, le pilote demande au copilote de préparer l'atterrissage à Duesseldorf, en Allemagne. Ce dernier prononce quelques mots: «J'espère», «On verra». Le pilote sort pour aller aux toilettes et l'appareil commence à descendre.

Emploi d'une hache

Quelques minutes plus tard, on entend un «claquement fort», comme si quelqu'un essayait d'entrer dans le cockpit, écrit Bild. Puis la voix du pilote: «Pour l'amour de Dieu, ouvre la porte.» En arrière-fond, les passagers commencent à crier, note le journal.

Le pilote essaie manifestement d'ouvrir la porte à la hache. Puis crie: «Ouvre cette foutue porte !»

Vers 10h40, l'Airbus touche une montagne, on entend les cris des passagers. Ce sont les derniers bruits sur l'enregistrement, écrit Bild. Aussitôt après, l'appareil percute de plein fouet un versant à 700 km/h et est instantanément pulvérisé avec ses 150 occupants.

Un autre journal allemand, Welt am Sonntag, a affirmé que les enquêteurs ont découvert au domicile du copilote «de très nombreux médicaments» destinés à soigner des «maladies psychiques». Le jeune homme, «gravement dépressif», aurait souffert d'un stress important et avait été pris en charge par «plusieurs neurologues et psychiatres».

Selon Bild et le New York Times, le jeune homme souffrait, en outre, de gros problèmes de vue susceptibles de remettre en cause son aptitude à piloter.

(ats)

Votre opinion