Coronavirus - Pandémie: Gibraltar, «une oasis de liberté» qui fait rêver

Publié

CoronavirusPandémie: Gibraltar, «une oasis de liberté» qui fait rêver

Grâce à des vaccinations massives, la vie est redevenue presque normale dans l’enclave britannique.

par
Renaud Michiels
À Gibraltar, les cafés et restaurants peuvent désormais ouvrir jusqu’à 2 heures du matin.

À Gibraltar, les cafés et restaurants peuvent désormais ouvrir jusqu’à 2 heures du matin.

AFP

Lorsqu’on parle de la vaccination contre le coronavirus on regarde souvent du côté d’Israël, où une large frange de la population est déjà vaccinée. Ou en Europe du côté du Royaume-Uni, très en avance en la matière en comparaison avec les autres pays. Un territoire fait pourtant beaucoup plus fort: Gibraltar. Là, la vie a repris son cours normal, ou presque.

Dans la petite enclave britannique du sud de l’Espagne de moins de 7 km2, relate Franceinfo, 70% de la population a reçu les deux doses et presque la totalité des 34 000 habitants en ont reçu au moins une. Résultat: il n’y a plus pour l’instant que de très rares nouveaux cas – 10 lors des 14 derniers jours, selon l’OMS – et plus personne n’est hospitalisé.

«Un dernier verre au pub»

La semaine dernière le gouvernement local a donc décidé d’assouplir encore davantage les mesures de lutte contre l’épidémie. Restaurants et bars peuvent désormais ouvrir jusqu’à 2 heures du matin, le couvre-feu fixé à minuit a été abandonné, les frontières sont ouvertes. Et depuis dimanche le port du masque n’est plus obligatoire dans l’espace public. En fait il n’y a presque plus de mesures à respecter à Gibraltar à part le port du masque dans les lieux publics fermés, les magasins et les transports en commun.

«J’imagine qu’avec la liberté que nous sommes en train de retrouver, beaucoup nous envient et nous voient comme une oasis», indique un homme attablé en terrasse à Franceinfo. Un autre habitant dit son bonheur de pouvoir flâner le soir ou «aller boire un dernier verre dans un pub».

CNN s’est aussi intéressé à l’exception que représente Gibraltar dans une Europe souvent confrontée à une troisième vague. Et de décrire des scènes qu’on ne voit plus nulle part: des apéros entre amis, des brunchs d’anniversaire, 600 personnes assistant à un match de foot, 500 autres à un match de boxe. Pas banal.

Avant la campagne massive de vaccination, Gibraltar n’avait cependant pas été épargné par les confinements. Et le territoire a dénombré un peu plus de 4200 cas pour 94 décès. Rapporté à la population ce nombre de mort est important: près de trois fois plus qu’en Suisse.

Ton opinion