Pandémie: Guy Parmelin annonce une minute de silence national

Publié

PandémieGuy Parmelin annonce une minute de silence national

Invité au «19:30», le président de la Confédération a proposé que les Suisses honorent la mémoire des victimes du Covid le vendredi 5 mars à midi.

Dimanche soir au «19:30», Guy Parmelin a demandé aux Suisses de consacrer un «instant de pensée» aux victimes du Covid vendredi 5 mars à midi.

Dimanche soir au «19:30», Guy Parmelin a demandé aux Suisses de consacrer un «instant de pensée» aux victimes du Covid vendredi 5 mars à midi.

RTS

Une minute de silence pour honorer la mémoire des près de 9300 personnes mortes du Covid en Suisse. C’est ce qu’a annoncé Guy Parmelin dimanche soir. Invité sur le plateau du «19:30», le président de la Confédération a appelé à accorder un «instant de pensée» aux victimes ainsi qu’à leurs proches, vendredi 5 mars à midi.

Le président de la Confédération a aussi proposé que les églises fassent sonner leurs cloches, avant la minute de silence. «Tout le monde connaît une personne qui a été malade ou quelqu’un qui a perdu un proche. Cela permettra une certaine réflexion à cette pandémie, en toute simplicité», a-t-il déclaré.

Toutefois, le président a exclu d’organiser pour l’heure une cérémonie commémorative nationale. «Ce n’est pas le bon moment», a-t-il affirmé à la RTS.

La date du 5 mars marque le 1er anniversaire du décès de la première victime du Covid-19 en Suisse.

Puiser dans la solidarité et l’amitié

Dans un message officiel diffusé sur son blog, Guy Parmelin précise que cet hommage vise aussi à saluer «ceux qui sont actuellement malades et ceux qui souffrent de séquelles et doivent lutter chaque jour pour récupérer toutes leurs facultés. Pensons aussi à ceux qui les soutiennent dans ce combat, la famille, les amis et le personnel soignant.»

«Je souhaite toutefois que cela ne soit pas seulement un moment de tristesse, ajoute le président. Je formule le vœu que ce soit aussi l’occasion pour chacun de nous de puiser de la force dans la solidarité et l’amitié, dans ces réconforts qui nous permettent d’aller de l’avant et de poursuivre les tâches que la vie nous assigne. Tous ensemble, pas à pas, nous vaincrons la pandémie pour que cette année ne soit qu’un mauvais souvenir.»

(egr)

Ton opinion