Jura bernois: Pandémie: Moutier change de frontière… sans gestes barrière
Publié

Jura bernoisPandémie: Moutier change de frontière… sans gestes barrière

La police bernoise a constaté dimanche dernier, dans la ville en liesse, que «les mesures de protection afin de lutter contre le Covid étaient respectées de manière insuffisante».

par
Vincent Donzé
1 / 7
«Unissez-vous, fils de la Rauracie, et donnez-vous la main, et donnez-vous la main!»

«Unissez-vous, fils de la Rauracie, et donnez-vous la main, et donnez-vous la main!»

Lematin.ch/Vincent Donzé
«La Rauracienne» est un hymne cantonal qui donne des ailes aux Jurassiens.

«La Rauracienne» est un hymne cantonal qui donne des ailes aux Jurassiens.

Lematin.ch/Vincent Donzé
Dimanche dernier, la police bernoise n’a contenu la foule que pendant la visite des représentants du pouvoir bernois.

Dimanche dernier, la police bernoise n’a contenu la foule que pendant la visite des représentants du pouvoir bernois.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Devant la liesse de Moutier, certains lecteurs du matin.ch sont restés bouche bée: «Franchement, on aurait dit que le Covid n’existait plus à voir les images d’hier», constatait un internaute lundi. «Quelle honte pour la Suisse et tous ceux qui font des efforts pour respecter les normes sanitaires», renchérissait un autre.

Y a-t-il eu à Moutier un «cluster», terme anglais qui renvoie, dans un contexte sanitaire, à une concentration de cas, dans un territoire délimité? Ce qui est sûr, c’est que la foule a chanté la «Rauracienne», l’hymne jurassien qui invite les fils de la Rauracie à se donner la main.

Comment s’est passé le vote et la fête à Moutier, du point de vue de la police cantonale bernoise? Question posée à son porte-parole Joël Regli: «Nous avons constaté à Moutier le 28 mars que les mesures de protection afin de lutter contre le Covid étaient respectées de manière insuffisante», répond-t-il.

Bien palpable

«Plusieurs personnes se sont rassemblées durant cette journée, en particulier à la gare et après le résultat du vote à l’Hôtel-de-Ville», reprend Joël Regli. Du point de vue policier, malgré «une tension bien palpable et quelques annonces pour des dommages à la propriété, des provocations ou des pétards allumés», aucun incident majeur n’a été enregistré.

«Des clarifications concernant d’éventuelles dénonciations pour infractions à l’ordonnance cantonale sur le Covid sont en cours», a précisé Joël Regli lundi. La police bernoise n’était pas invisible, loin de là, mais, hormis pendant la visite de la délégation gouvernementale bernoise, elle s’est montrée discrète.

«Nous avions conscience que l’engagement exigeait beaucoup de tact de la part de nos policières et policiers. Notre objectif était d’inciter, avec bon sens et proportionnalité, à faire respecter les mesures de protection», explique Joël Regli. Il s’agissait aussi d’éviter l’aggravation d’une situation «qui perdure depuis de longues années et qui a le potentiel de provoquer des conflits».

Absolument centrale

«Il est en outre important de tenir compte du fait qu’il y a un avant, pendant et après votation: l’après-votation est absolument centrale et nous devons la prendre en compte», a expliqué Joël Regli au matin.ch. «Pour ces raisons, une stratégie d’apaisement visant la désescalade a été privilégiée», ajoute-t-il.

«Via les autorités et les représentants des groupements politiques ayant une influence directe sur «leurs gens», contact a été pris afin d’inciter au respect des mesures», indique Joël Regli. Le porte-parole de la police cantonale, rappelle que «les autorités des deux cantons ainsi que les représentants des groupements politiques avaient également appelé en amont de la journée au respect des mesures».

Un mot encore concernant l’avenir des policiers bernois en poste à Moutier: «Un emploi adapté au sein de la police cantonale bernoise leur est garanti. Le résultat du vote venant de tomber, il est toutefois encore trop tôt pour évoquer dans les détails cette nouvelle organisation. Ces éléments devront être discutés et planifiés dans le cadre du processus de transition», indique Joël Regli.

Votre opinion

199 commentaires