02.10.2020 à 18:08

TendancePantone lance le rouge règles

La société d’enregistrement des couleurs dit vouloir contribuer à briser le tabou sur les menstruations. Mais son message semble avoir du mal à passer.

par
Michel Pralong
Le rouge Period est accompagné dans le visuel par un dessin de l’appareil génital féminin qui ne fait pas non plus l’unanimité.

Le rouge Period est accompagné dans le visuel par un dessin de l’appareil génital féminin qui ne fait pas non plus l’unanimité.

Cela semblait partir d’une intention louable. Pantone, la société d’enregistrement des couleurs, a annoncé le 30 septembre le lancement d’une nouvelle teinte, le rouge Period (règles, en anglais). Ceci «pour briser la stigmatisation entourant les menstruations» et faire des règles quelque chose de positif, est-il écrit sur son compte Instagram.

Pour ce qui se veut une opération médiatique, Pantone s’est pour l’occasion associée à la marque suédoise de produits érotiques et de soins intimes Intima. Les deux ont travaillé avec un gynécologue et consulté des études scientifiques pour créer «une teinte rouge active et aventureuse, qui encourage les personnes qui ont leurs règles à se sentir fières de qui elles sont». Pantone précise tout de même que «cela n’est en aucun cas censé être une représentation exacte. Au lieu de cela, nous avons créé un identifiant visuel d’une nuance rouge qui aide à tirer parti du pouvoir de la couleur».

«Des règles au néon»

Sauf que le message semble avoir plutôt mal passé, à lire les commentaires de cette publication. Beaucoup ont déjà vu rouge (c’est le cas de le dire) que Pantone, qui prétend déstigmatiser les menstruations écrive «les personnes qui ont leurs règles». «On appelle ça des femmes», réagit une Internaute. Autre remarque, concernant le dessin accompagnant le rouge: «Oups, la coupe a un peu glissé vers l’utérus. Il faut être prudent avec cette info, qui cherche précisément à normaliser les menstruations. Faire une erreur comme celle-ci ne fait que créer de la confusion.»

La nuance de rouge elle-même est loin de faire l’unanimité: «Personne n’a des règles au néon», «c’est trop flashy», «pas réaliste», «vivement la couleur de la ménopause» «est-ce que ce sont des hommes qui ont inventé cette couleur?». Si quelques-uns saluent tout de même la démarche, soulignant qu’il est «temps de surmonter les tabous», beaucoup sont beaucoup plus sceptiques: «Que faites-vous réellement pour ce problème en plus de nommer un rouge «période»?».

Le dernier tabou

Interrogées par le «New York Times», deux organisations caritatives britanniques qui fournissent du matériel hygiénique intime aux femmes qui en ont besoin, préfèrent retenir le côté positif de cette action: «C’est un coup de pub mais cela ne le rend pas intrinsèquement mauvais», dit Bloody Good Period. «C’est le dernier tabou, la dernière forme de discrimination qui est si profondément enracinée dans notre ADN patriarcal et culturel que même les femmes ne l’admettent pas», souligne de son côté la Gift Wellness Foundation.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
2 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Etasseur

03.10.2020 à 16:55

L'art de réinventer la roue par manque de culture générale doublée de vanité. Le blood Mary ça leur dit quelque chose aux briseurs de tabous?

VDM

02.10.2020 à 19:18

C’est magnifique! Laissons place à l’imagination et donnons des noms de couleurs pour tout ce qui sort de notre corps... «Une teinte *** active et aventureuse, qui encourage les personnes qui *** à se sentir fières de qui elles sont».