Football: Paolo Tramezzani «joue» sa place sur le banc du FC Sion

Publié

FootballPaolo Tramezzani «joue» sa place sur le banc du FC Sion

Dans un derby qui fera office de révélateur, le coach sédunois a besoin d’un résultat contre Lausanne ce jeudi pour éviter le scénario du pire. Son avenir à Tourbillon en dépend aussi. 

par
Nicolas Jacquier
Depuis son retour à Tourbillon le 9 octobre 2021, Paolo Tramezzani, dont c’est le troisième passage sur le banc valaisan, carbure à la moyenne insuffisante de 1,12 point par match. 

Depuis son retour à Tourbillon le 9 octobre 2021, Paolo Tramezzani, dont c’est le troisième passage sur le banc valaisan, carbure à la moyenne insuffisante de 1,12 point par match. 

Pascal Muller/freshfocus

Stop ou encore? Scènes de joie (assez rares cette saison) ou de déception (plus fréquentes)? Attendu ce jeudi à la Tuilière dans un derby capital pour lui, le FC Sion le sait: il pourrait être définitivement sauvé sur le coup de 22 h 20. Pour que ce cas de figure devienne réalité, il faudrait un succès valaisan combiné à une défaite du FC Lucerne contre Young Boys. 

Tout autre résultat prolongerait le suspense jusqu’à dimanche, théâtre d’un très chaud derby du Rhône qui pourrait s’avérer décisif tant pour Sion que pour Servette, suivant les différents verdicts de la 35e journée… On n’en est pas encore là, tant s’en faut même. 

Meilleur à l’extérieur

Pour ne pas davantage trembler, le visiteur valaisan doit retrouver les qualités (en termes d’engagement notamment) qui lui ont permis de s’imposer récemment contre Lugano et Grasshopper, chaque fois à l’extérieur. Des qualités que Sion peine à exprimer devant son public comme ce fut encore le cas il y a huit jours contre Lucerne (défaite 1-3). Bonne nouvelle: les Valaisans, souvent sensiblement meilleurs hors des frontières cantonales, œuvreront dans quelques heures loin de Tourbillon.

Renonçant à la mise sur pied du stage de «remobilisation» un instant envisagé après le couac enregistré contre l’actuel barragiste lucernois, Sion a vécu une semaine de préparation quasi normale, rythmée par des entretiens individuels conduits par Christian Constantin lui-même.

Capital pour les visiteurs, le rendez-vous de la Tuilière l’est aussi pour Paolo Tramezzani, dont la position a été fragilisée par une série de revers ayant (re)plongé Sion dans des soucis semblant pourtant ne plus devoir le concerner il y a peu. Alors qu’il comptait encore une confortable avance – 14 points – sur Lucerne au soir de la 20e journée, comment le club valaisan a-t-il pu dilapider… 13 points en l’espace de trois mois?

À cet inconfort mathématique est aussi venue s’ajouter la pauvreté du spectacle proposé, souvent rébarbatif et marqué par l’absence significative de progrès.

Encore une année de contrat mais…

C’est dire si le technicien italien aurait urgemment besoin d’une victoire pour asseoir sa position. Alors qu’il lui reste une année de contrat en Valais, un nouvel échec pourrait même précipiter son départ, inciter peut-être son président à sortir du bois et à préparer la suite autrement. Si un homme joue plus gros que les autres ce soir, c’est le Mister, dont l’avenir sur le banc du FC Sion est tout sauf assuré.

«L’équipe se sent bien et a conscience de l’importance de la rencontre. Je ne sens pas de tension particulière pour autant»

Paolo Tramezzani, coach du FC Sion

Lors du traditionnel point presse organisé mercredi, Paolo Tramezzani n’a pas caché l’importance de cet avant-dernier derby de la saison. «L’équipe se sent bien et a conscience de l’importance de la rencontre de demain (ndlr aujourd’hui), a-t-il expliqué. Je ne sens pas de tension particulière pour autant.» De l’avis même de son entraîneur, le groupe, victime de son inconstance, a travaillé sereinement, focalisé sur l’objectif d’effacer à Lausanne la piètre impression laissée contre Lucerne. 

Il est à préciser que les statistiques parlent par ailleurs largement en faveur du FC Sion, lequel ne s’est jamais incliné contre Lausanne depuis cinq ans en match officiel (7 victoires, 4 nuls). Pour trouver trace d’une défaite valaisanne en championnat contre les Vaudois, il faut remonter au 23 avril 2017 (0-1). Un couac qui, à l’époque, avait coûté sa place à un certain Peter Zeidler. Voilà au moins Paolo Tramezzani averti…

Alain Casanova (LS): «On va jouer notre rôle d’arbitre à fond»

Encore deux matches, 180 minutes de jeu et Alain Casanova s’en retournera chez lui, retrouver sa famille et peut-être un nouveau challenge à relever. «Je ne m’attendais pas à une ligue aussi intéressante, convient-il. Ce que j’ai découvert en Suisse m’a beaucoup plu. Pour moi, c’est presque une forme de renaissance…»

Pour Lausanne, c’est plutôt l’hallali. Le relégué de la Tuilière reste certes sur une série positive mais sa réaction a été bien trop tardive pour réussir à éviter la culbute, pressentie bien avant Noël déjà. «Le renouveau espéré ne s’est vraiment manifesté qu’à partir du match à Tourbillon (ndlr défaite 1-0 le 2 mars), match que l’on n’aurait jamais dû perdre tant on était meilleur que Sion.»

En attendant, il y a un derby à jouer, un honneur à défendre. Son entraîneur le sait, le comportement de son LS sera scruté pour y guetter toute forme de renoncement. À la recherche d’un succès qui pourrait faire office de cadeau d’adieu, Casanova promet de jouer pour la gagne. «On va tout faire pour l’emporter, assure le coach du LS. On se doit d’être le plus intègre possible, ne serait-ce que vis-à-vis du club et des supporters. Il ne s’agit pas de privilégier qui que ce soit. Je ne suis l’ennemi de personne mais on va jouer notre rôle d’arbitre à fond.»

Ton opinion