Actualisé

Ile de La RéunionParis envoie des gendarmes pour stopper les violences

Des manifestations contre la vie chère secouent depuis mardi l'île française de l'océan Indien. Et les violences se sont aggravées dans la nuit de jeudi à vendredi, où neuf membres des forces de l'ordre ont été blessés.

Les troubles sur l'île avaient commencé mardi par une manifestation contre l'essence chère.

Les troubles sur l'île avaient commencé mardi par une manifestation contre l'essence chère.

Keystone

Pour la seule nuit de jeudi à vendredi, la préfecture de cette région française de 800'000 habitants a également fait état de 76 interpellations et d'une vingtaine de commerces ou bâtiments publics dégradés. «Les exactions se sont produites dans la moitié des communes de l'île», selon la préfecture.

Partout le même scénario s'est produit: des groupes de 50 à 100 jeunes investissent le centre-ville, dégradent du mobilier urbain, enflamment des poubelles, provoquant l'intervention des forces de l'ordre qu'ils affrontent par des jets de pierres avant d'être dispersés par les grenades lacrymogènes.

Les troubles avaient commencé mardi par une manifestation contre l'essence chère, avec le blocage par des transporteurs routiers du seul dépôt de l'île, dans la ville du Port. La population qui s'était jointe aux professionnels est restée sur place, et des jeunes s'en sont pris aux magasins de grande distribution.

La moitié des Réunionnais vivent en dessous du seuil de pauvreté et le chômage atteint 30% de la population active, le taux le plus élevé en France. Le PIB par habitant est de 18'250 euros, contre 30.401 euros en France métropolitaine.

Vendredi doit se tenir une table ronde à la préfecture avec les élus, les représentants des commerçants, des transporteurs, des associations de consommateurs et des compagnies pétrolières.

Un escadron de gendarmerie est attendu vendredi sur l'île, a annoncé la préfecture. Un escadron est composé de 85 hommes sur le terrain. En tout 476 hommes ont été déployés dans la nuit de jeudi à vendredi.

(ats/afp)

Ton opinion