Publié

CyclismeParis ne veut plus des hôtesses «potiches»

La Ville de Paris propose de remplacer les hôtesses de la dernière étape du Tour de France par des jeunes sportifs ou sportives.

Chris Froome sur le podium des Champs-Elysées lors du dernier Tour de France.

Chris Froome sur le podium des Champs-Elysées lors du dernier Tour de France.

AFP

La Ville de Paris ne veut plus d'hôtesses «potiches» embrassant le vainqueur du Tour de France sur les Champs-Elysées, un «stéréotype sexiste» sur lequel elle va interpeller la ministre des Sports Laura Flessel et l'organisateur de la compétition cycliste.

Cette pratique d'une femme «jeune et jolie» qui remet des fleurs au vainqueur du Tour de France et l'embrasse est la «marque de la permanence d'un stéréotype sexiste dont on ne veut plus en 2018», a lancé Fadila Mehal, en présentant ce «vœu» voté en Conseil de Paris, au nom de son groupe Démocrates et progressistes (pro-Macron ex-socialiste). Il «n'est plus acceptable que les femmes restent encore associées à des rôles de potiches», a ajouté l'élue.

C'est une «représentation d'une autre époque» que celle des femmes «cantonnées à un rôle de faire-valoir», a insisté pour l'exécutif, qui s'est associé au vœu, Hélène Bidard, adjointe en charge de la lutte contre les discriminations auprès de la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo. L'élue a rappelé que l'image du vainqueur sur les Champs-Elysées était reprise «dans des centaines de pays».

Prudhomme garde les «miss»

La Ville, qui propose de remplacer les hôtesses par des jeunes champions et championnes, interpellera Amaury Sport Organisation et Christian Prudhomme, directeur du Tour de France, et la ministre des Sports Laura Flessel. Le groupe UDI-Modem (centre) a refusé de prendre part à ce «vote dérisoire», selon son président Eric Azière, «à l'heure du réchauffement climatique, de la dénonciation de l'accord sur le nucléaire iranien ou de l'avenir des mobilités en Ile-de-France».

En début d'année, le propriétaire de la Formule 1, le groupe Liberty Media, a annoncé renoncer aux «grid girls», les jeunes femmes qui indiquent l'emplacement des monoplaces sur la grille de départ des grands prix, mais l'organisateur du Tour de France a récemment fait savoir qu'il gardait les «miss» pour la cérémonie protocolaire.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!