Publié

InterviewParov a le swing

Rencontre avec le swing de génie de Parov Stelar dans la caravane du Venoge Festival. Interview spéciale pour la JJTV.

par
Josiane & Josette

Un bus, deux bus, que dis-je, des cars, des palaces ambulants, tout de noir vêtus se dressent devant nous à l'arrière de la scène du Venoge Festival qui résonne déjà des notes des premiers groupes. On n'a qu'une envie, se glisser discrètement par l'embrasure d'une portière pour découvrir ce qu'il se cache à l'intérieur. Une troupe de joyeux drilles extrêmement VIP, certainement. Impressionnantes, ces montagnes de tôle lustrées ont fait le tour de l'Europe cette année. Elles conduisent, de ville en ville, de scène en scène, de date en date le roi, que dis-je, l'empereur incontesté de l'électro-swing et sa troupe. Il termine ce soir la tournée de promotion de son dernier album, son Burning Spider Tour, en fanfare dans le Gros-de-Vaud. Un happy ending improbable auquel nous avons assisté, les jambes dansant la gigue, suivant le rythme endiablé des morceaux imaginés par Marcus Füreder, le musicien, compositeur, producteur, DJ autrichien de génie qui se cache derrière le pseudonyme de Parov Stelar. Nous avons eu le privilège de lui serrer la pince et de le passer à la JJ questionnette, en anglais (JJ are soooooo international) toutes nos excuses à nos lecteurs (visionneurs) uniquement francophones.

À l'issue de ce sympathique entretien, nous nous sommes précipitées pour découvrir dans le halo des projecteurs une sauterelle perchées sur une paire de compensées. Carré noir tranché, lunettes dignes d'une JJ en goguette, béret et jambes gainées de satin blanc, une voix s'élève en allemand au milieu des cuivres qui font monter un suspense énigmatique. Tension jouissive. Bombe, mi pin-up, mi Générale de la kommandantur, la charismatique Cleo Panther n'a finalement rien d'une sauterelle, comme son nom le suggère. Elle déroule ses pattes féline et langoureuses tout au long du concert, entourée d'un trio sax-trompette-trombone plein d'entrain et au talent fou. Une batterie, une guitare ou une basse, Parov Stelar sait s'entourer et laisse la part belle à ses musiciens. Les compositions entre beats contemporains et samples d'antan prennent corps et âme sous l'égide de Marcus qui trône sur son estrade de chef d'orchestre. Sauf qu'il est de face. Et qu'il est derrière son groupe. De Booty Swing (on a carrément swingué le nôtre, vous pouvez nous croire !) à Mambo Rap, le dernier né, les titres se sont succédés sans redondances, ce qu'on pourrait craindre de ce genre de musique si caractéristique. Pour notre plus grand plaisir.

Ne manque sur la photo que Lee Anduze, propriétaire de la talentueuse voix masculine qui vient parfaire ce band. Un atout majeur à six têtes pour faire de la musique électronique un show live énergique et captivant. Let's swing, let's electro swing ma Jo !

Cet article vous a été concocté par JJSphere, magazine digital: les découvertes, les rencontres et les voyages de Josiane&Josette!

Votre opinion