15.10.2020 à 06:43

Jura bernoisParzival’ traverse les rails et conteste l’amende reçue

Son tuteur a payé les 250 francs qui ont sanctionné sa précipitation, mais «Monsieur le Vert» a piqué une sacrée colère. Ses arguments sont décoiffants…

par
Vincent Donzé
Parzival’ devant chez lui près de la gare de Sonceboz (BE), sur les lignes reliant Bienne à La Chaux-de-Fonds et à Moutier.

Parzival’ devant chez lui près de la gare de Sonceboz (BE), sur les lignes reliant Bienne à La Chaux-de-Fonds et à Moutier.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Traverser les rails pour attraper un train à l’arrêt sur le quai, ça ne se fait pas. À Sonceboz (BE), Parzival' a écopé d’une amende de 250 francs payée par son tuteur, mais cet original qui ne fait rien comme les autres n’a pas retenu la leçon: «Ce qui comptait ce jour-là, c’était d’arriver à l’heure à mon rendez-vous».

La colère de «Monsieur le Vert» - alias Serge Reverdin - a fait trembler tout un bistrot, mais son coup de gueule n’était pas dirigé contre la police cantonale bernoise. S’il est sorti de ses gonds au «Café Brésil», sur la place de la Gare de Bienne, c’est parce qu’en payant l’amende, son tuteur l’a privé de son droit de recours tout en lui retirant 250 francs de son argent de la semaine: «Chuis devenu un pôv type comme tout l’monde», s’exclame Parzival’, en regrettant ce fait accompli.

Après avoir traversé les voies, à mi-chemin entre son domicile et la gare de Sonceboz, Parzival’ a été contacté par un agent des CFF. Vêtu de vert de pied en cap, le chantre de l’espéranto et de l’écologie était facilement identifiable…

Sa maison est celle des anciens garde-barrières.

Sa maison est celle des anciens garde-barrières.

Lematin.ch/VincentDonzé

«Tu insultes ceux qui ont creusé le passage sous-voies», s’est entendu dire Parzival’. Sa réponse: «Il y a plus de virus dans le passage que sur les rails». Bienvenue dans l’univers décalé de Parzival’, un personnage haut en couleur qui parvient à faire entendre sa voix jusqu’à l’oreille du conseiller fédéral Alain Berset, croisé à Bienne et à Vevey.

Si l’amende lui avait été adressée à lui plutôt qu’à son tuteur, Parzival’ l’aurait renvoyée à l’expéditeur: «Mon courrier doit être adressé au Ministère du gouvernement mondial pour le désarmement globalisé», justifie-t-il. Parzival’ habite dans une maisonnette occupée autrefois par les gardes-barrières, où il dispense des cours d’espéranto.

«Monsieur le Vert» entretient une longue histoire avec la CFF, entamée bien avant le rachat de la vaste guérite des gardes-barrières. Détenteur d’un AG, Parzival’ ne le présente pas aux contrôleurs: il leur montre une version modifiée en «Klima Pass». Ses démêlées avec eux se sont apaisées il y a deux ans, suite à la diffusion d’un reportage dans une émission de Kurt Aeschbacher, animateur vedette de la télévision suisse alémanique.

Son AG est devenu un «Klima Pass».

Son AG est devenu un «Klima Pass».

Lematin.ch/Vincent Donzé

«Le train n’a pas dû siffler pour moi. Et dans le Jura bernois, nombreuses sont les gares où les usagers traversent les voies, comme à Tavannes», argumente Parzival’. Sa décision est prise: «Je vais construire mon aéroport sans kérosène!» assène-t-il, en détaillant son implication pour un monde dépollué.

Son souhait, maintenant que l’amende est payée, est de renouer contact avec le magazine «Via» des CFF. «Il y a une vingtaine d’années, un article détaillait mon idée de récolter le caca des passagers pour alimenter des trains au méthane», rapporte Parzival’.

Son vœu: «J’ai invité «Via» à combattre le suicide en publiant des leçons d’espéranto, une langue pétrie de pensées positives», dit-il. Parzival’ n’est pas loin de penser que l’amende infligée est un appel à lutter contre le suicide. Soit, du moment que l’amende est payée…

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
17 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

CFF

16.10.2020 à 10:05

Quand les CFF sont en panne (et c'est souvent), que des centaines de passagers (comme à Epesses) sont "libérés" sur les voies, pour aller se débrouiller sur la route cantonale, les CFF ne sont pas condamnés à une amende de 250.- par personne lésée.

Didier

16.10.2020 à 07:18

Les rails de la CFF relient les gares, Internet relie les ordinateurs et l'espéranto relie les humains.

Dujeudi

15.10.2020 à 10:37

On encombre un site internet avec " ça" ? décidément, heureusement qu'il n'existe plus de version papier du Matin