Royaume-Uni: Pas d'accès au marché unique en cas de Brexit
Publié

Royaume-UniPas d'accès au marché unique en cas de Brexit

Londres ne pourra prétendre à un accès au marché européen comme la Suisse affirme Wolfgang Schäuble.

Le ministre allemand craint qu'un Brexit ne fasse école dans d'autres pays.

Le ministre allemand craint qu'un Brexit ne fasse école dans d'autres pays.

Keystone

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a averti vendredi qu'en cas de Brexit, le Royaume-Uni ne pourrait plus bénéficier des avantages du marché unique européen, car «dedans c'est dedans, dehors c'est dehors», a-t-il dit. «Le pays devrait alors se tenir aux règles d'un club, dont il a voulu sortir», a déclaré le ministre, dans un entretien au magazine Der Spiegel.

Le magazine lui demandait si, en cas de vote en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin, Londres pouvait prétendre à un statut semblable à celui de la Norvège ou de la Suisse, qui ne sont pas membres de l'UE mais ont accès à la zone européenne de libre circulation des personnes et des biens.

Risque d'exemple

Par ailleurs, le ministre allemand, européen convaincu de longue date, a craint qu'un Brexit ne fasse école dans d'autres pays.

«On ne peut pas l'exclure. (...) Comment réagiraient par exemple les Pays-Bas, qui sont traditionnellement très liés au Royaume-Uni ?», s'interroge-t-il dans les colonnes du Spiegel. Une étude récente a chiffré à 10 milliards d'euros la perte du PIB néerlandais d'ici 2030 en cas de Brexit.

Si le scénario d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE se concrétisait, alors l'Union européenne «ne pourra pas répondre en proposant simplement davantage d'intégration» pour les pays membres restants, prévient Wolfgang Schäuble.

«Cela serait maladroit, beaucoup seraient en droit de se demander, si nous les politiques n'avons toujours rien compris», estime-t-il.

UE prête à tous les scenarii

Même si les Britanniques votent avec une courte avance pour un maintien dans l'UE, cela devra quand même être pris «comme un avertissement et un signal d'alarme et pas seulement continuer comme avant».

Wolfgang Schäuble s'affirme enfin certain que «l'Europe fonctionnera si nécessaire aussi sans le Royaume-Uni». «Mes collègues de la zone euro et moi nous préparons à tous les scenarii possibles, pour endiguer les dangers», a-t-il assuré.

(AFP)

Votre opinion