Publié

Conseil fédéralPas d'enquête sur la violence des jeunes

Les statistiques policières ne permettent pas d’appréhender de manière complète la violence des jeunes. Programme d’économies oblige, le Conseil fédéral renonce à lancer des enquêtes approfondies sur ce sujet.

Les statistiques policières ne contiennent que les délits ayant fait l’objet d’une plainte ou d’un jugement.

Les statistiques policières ne contiennent que les délits ayant fait l’objet d’une plainte ou d’un jugement.

Keystone

Les statistiques policières ne représentent que la pointe de l’iceberg. Elles ne contiennent en effet que les délits ayant fait l’objet d’une plainte ou d’un jugement, et dépendent donc de la disposition des victimes à les signaler. Les comportements agressifs non punissables ne sont pas pris en considération.

Le Conseil fédéral a donc cherché à savoir dans quelle mesure une enquête plus approfondie pourrait servir de base plus fiable pour évaluer le phénomène. L’institut de criminologie de l’Université de Zurich a rendu un rapport, publié jeudi par l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS).

Une norme ailleurs

Selon cette étude, une collecte des données auprès des auteurs et des victimes de violence permettrait de mieux cerner le problème. Il serait ainsi possible d’en savoir plus sur le contexte dans lequel s’inscrit la criminalité juvénile. Ces enquêtes régulières reposent sur une base scientifique et sont devenues la norme dans différents pays.

Dans son avant-propos, l’OFAS estime toutefois que leur conception et leur mise en oeuvre présentent quelques difficultés. Il faut notamment trouver un moyen d’atteindre les adolescents et les jeunes adultes, en particulier lorsque ceux-ci sortent du système de formation officiel. Ce qui est particulièrement difficile.

«Pour y parvenir, il faudrait y consacrer des moyens disproportionnés.» Le Conseil fédéral a donc décidé de ne pas mener d’enquête régulière sur les zones d’ombre de la violence juvénile. Il préfère consacrer les ressources à disposition aux mesures de prévention déjà initiées.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!