Actualisé

Canton de VaudPas d'infraction pénale pour Broulis et Savary

Aucune infraction n'a été commise par les deux élus dans l'affaire des voyages en Russie, selon le parquet vaudois.

Pascal Broulis.

Pascal Broulis.

Keystone

Le conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis ne fera pas l'objet d'une instruction pénale pour ses voyages en Russie. Idem pour la conseillère aux Etats Géraldine Savary. Le procureur général estime qu'ils n'ont commis aucune infraction pénale.

Les deux élus n'ont bénéficié d'aucun avantage incompatible avec la charge qu'ils exercent, résume vendredi le procureur général Eric Cottier. Et d'ajouter que ces voyages, organisés par Eric Hoesli, étaient toujours d'ordre privé.

«Je prends acte avec satisfaction de cette décision», a réagi Pascal Broulis, interrogé par Keystone-ATS. Le ministre PLR des finances se dit particulièrement content de la clarté du message. «Il s'agissait de voyages privés effectués en groupe. Les règles vaudoises, le cadre, existent et ils ont été respectés».

Dans une note aux médias, l'homme regrette cependant l'agitation et l'exploitation par certains de déplacements «relevant strictement de sa vie privée». Mais de poursuivre: «Ce qui compte aujourd'hui, c'est que mon intégrité et mon honnêteté sont attestées de manière indiscutable».

Payés de leur poche

Concrètement, à l'issue des investigations préliminaires, Eric Cottier conclut que Pascal Broulis et Géraldine Savary (PS) «ont assumé personnellement leurs frais de voyage, et rien ne suggère qu'ils aient perçu, ni sollicité des avantages économiques, ni qu'il leur en ait été octroyé ou promis, par qui que ce soit, notamment Frederik Paulsen». Dans le cadre de la démarche, les deux politiciens et Eric Hoesli ont été entendus.

Dans son communiqué, le Parquet met en outre l'accent sur les conditions de voyage et de logement des participants à ces expéditions. Des conditions «précaires, voire même spartiates (...) très éloignées de vols en jet ou en classe business, à destination de lieux de villégiature équipés de palaces ou autres sites de rencontre pour VIP».

Quant à Frederik Paulsen, président du groupe Ferring et consul général honoraire de Russie présent lors de ces voyages, le procureur général n'agira pas. Il estime que rien ne justifie que l'autorité de poursuite pénale procède à des investigations sur la situation fiscale de cet homme, ni celle de son entreprise.

Zéro reproche

Rien à signaler non plus du côté des invitations de la conseillère nationale socialiste Rebecca Ruiz et Géraldine Savary à un concert à Grenade (E). Eric Cottier n'y voit pas d'avantage indu au sens de la loi. Il ajoute enfin que les personnes ayant participé à deux déplacements en Russie financés par M. Paulsen ou son entreprise, à Chabag et Sotchi, «échappent à tout reproche».

Pour mémoire, le procureur avait été interpellé par des élus de la gauche radicale. Se basant sur des informations du Tages-Anzeiger puis de la RTS, ceux-ci faisaient état de soupçons d'acceptation d'avantage. Ils s'interrogeaient sur la relation entre Frederik Paulsen et Pascal Broulis et un éventuel lien avec le statut fiscal de l'entreprise de l'homme d'affaires.

Rappelons que sur le plan politique, le dossier n'est pas clos. Des interpellations de la gauche sont pendantes au Grand Conseil.

Pascal Broulis satisfait

Le conseiller d'Etat vaudois prend acte «avec satisfaction» de la décision de non-entrée en matière du Parquet s'agissant de ses voyages en Russie. Il salue aussi la clarté du message.

«C'est un signal clair, j'en suis très content», réagit vendredi le ministre PLR interrogé par Keystone-ATS. «Il s'agissait de voyages privés effectués en groupe. Les règles vaudoises, le cadre, existent et ils ont été respectés».

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!