Publié

Syrie«Pas de Genève-2 sans la présence de l'opposition»

Lakhdar Brahimi, émissaire international, a affirmé que la conférence n'aurait pas lieu sans la participation de l'opposition.

1 / 134
Pas moins de trois millions de Syriens ont fui leur pays en raison de la guerre civile. (28 octobre 2014)

Pas moins de trois millions de Syriens ont fui leur pays en raison de la guerre civile. (28 octobre 2014)

Keystone
Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

AFP
Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

AFP

L'émissaire international Lakhdar Brahimi a affirmé vendredi à Damas que la Conférence internationale Genève-2 censée réunir pouvoir et opposition pour trouver une solution politique au conflit en Syrie n'aura pas lieu si l'opposition n'y participe pas. «Si l'opposition ne participe pas, il n'y aura pas de conférence de Genève», a affirmé M. Brahimi lors d'une conférence de presse à Damas avant son départ pour Beyrouth dans le cadre d'une tournée régionale.

«La participation de l'opposition est essentielle, indispensable et importante», a ajouté l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, soulignant que la Conférence de paix, espérée pour novembre, est prévue «pour aider les Syriens et résoudre leurs problèmes».

Selon M. Brahimi, qui a effectué une visite de cinq jours à Damas, «le gouvernement syrien a accepté de participer à (la conférence de) Genève». Il a ajouté que «l'opposition, que ce soit la Coalition nationale ou les autres (composantes), s'efforce de trouver les moyens pour se faire représenter» à Genève-2.

(AFP)

Votre opinion