Genève Pas de record aux enchères pour le plus gros des diamants blancs
Publié

GenèvePas de record aux enchères pour le plus gros des diamants blancs

Espéré à 30 millions, «The Rock» n’a été vendu «que» 21,6 millions. La star a été éclipsée par une pierre dont l’argent récolté ira à la Croix-Rouge.

Le diamant blanc «The Rock» était estimé entre 20 et 30 millions de francs.

Le diamant blanc «The Rock» était estimé entre 20 et 30 millions de francs.

AFP

Il devait faire des étincelles. Mais «The Rock», un diamant blanc de 228,31 carats, le plus gros jamais vendu aux enchères, est loin d’avoir atteint mercredi 11 mai un montant record dans sa catégorie, malgré un prix final s’élevant à 21,68 millions de francs lors d’une vente aux enchères de Christie’s à Genève

Le commissaire-priseur Rahul Kadakia, directeur international du département de joaillerie de Christie’s, en charge de la vente de «The Rock» a lui abaissé son marteau à 18,6 millions au terme de quelques minutes seulement d’enchères, sous les applaudissements malgré tout, dans une salle comble d’un palace genevois. Avec la commission, cela fait un prix total de 21,68 millions.

Plus lourd qu’une balle de tennis

Il était estimé entre 20 et 30 millions. Mais M. Kadakia a expliqué à l’AFP qu’il n’était pas déçu car «The Rock» avait établi un nouveau prix record par carat pour un diamant de couleur G, l’échelle de graduation des teintes de couleur d’un diamant blanc allant de D à Z.

La pierre précieuse, dont le vendeur est originaire d’Amérique du Nord mais qui reste anonyme, avait tout pour séduire les collectionneurs et les investisseurs. «Il s’agit d’un diamant taillé en forme de poire vraiment exceptionnel» et «il est parfaitement symétrique», avait expliqué à l’AFP Max Fawcett, chef du département bijouterie de Christie’s à Genève, avant la vente. Selon l’expert, il n’existe qu’une «poignée» de diamant de cet acabit.

Le dernier record pour un diamant blanc similaire (163,41 carats) avait porté la pierre à 33,7 millions (prix incluant la prime de l’acheteur), soit 206’236 francs par carat, lors d’une vente en novembre 2017 à Genève. Selon Christie’s, il s’agissait d’un record toutes maisons de vente aux enchères confondues.

«The Rock» mesure 3,1 cm de large sur 5,4 cm de longueur, est plus haut qu’une balle de golf et pèse également, avec ses 61,3 grammes, plus qu’une balle de tennis. Extrait d’une mine d’Afrique du Sud au début des années 2000, il fut ensuite vendu par Christie’s dans le cadre d’une vente de gré à gré à un collectionneur privé.

Un diamant pour le CICR

Le diamant de la Croix-Rouge a volé la vedette à «The Rock», porté sans doute par le fait qu’une partie du produit de la vente ira au Comité international de la Croix-Rouge, au moment où la guerre en Ukraine ensanglante à nouveau le Vieux-Continent. De multiples enchérisseurs se sont âprement disputé ce diamant jaune canari pendant de dix longues minutes, la vente s’achevant sur un duel par pallier de 50 000 francs suisses. Il a été vendu 14,1 millions.

Le diamant jaune canari de la Croix-Rouge.

Le diamant jaune canari de la Croix-Rouge.

Christie’s

En forme de coussin, il pèse 205,07 carats. La gemme originale a été extraite en 1901 dans une mine sud-africaine de la société De Beers et aurait pesé environ 375 carats, selon Christie’s. En plus de se classer parmi les plus gros diamants du monde, une caractéristique frappante de la pierre est son pavillon, qui est facetté de façon naturelle en forme de croix de Malte.

Le 10 avril 1918, la pierre avait été mise en vente pour la première fois chez Christie’s à Londres par le Diamond Syndicate, au profit de la British Red Cross Society et de l’Ordre de Saint-Jean (connu sous le nom d’Ordre de Malte).

À l’époque, le diamant avait été adjugé 10 000 livres (environ 600 000 livres d’aujourd’hui, soit plus 730 000 francs). Il avait été acheté par la célèbre joaillerie londonienne SJ Phillips. Le 21 novembre 1973, il fut à nouveau mis en vente chez Christie’s à Genève, pour 1,8 million de francs.

Un don à 7 chiffres

«Nous sommes très heureux d’avoir pu le placer dans une autre collection privée et du fait que les consignataires du Red Cross Diamond vont faire un don à sept chiffres au Comité international de la Croix-Rouge», a indiqué M. Kadakia.

Le vendeur a souhaité conserver l’anonymat mais a publié cette déclaration: «Depuis près d’un demi-siècle, notre famille a eu le privilège de conserver le Red Cross Diamond. (…) En ce moment propice de l’histoire, nous honorons l’appel que d’autres ont lancé avant nous».

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires