Canada: Pas de répit pour les feux en Colombie-Britannique

Actualisé

CanadaPas de répit pour les feux en Colombie-Britannique

Du sud au nord de la région de la côte pacifique, 155 feux sont toujours actifs, dont 15 très menaçants.

1 / 14
Un incendie de forêt échappant à tout contrôle dans l'Ouest canadien a provoqué une évacuation forcée. (Vendredi 25 août 2017)

Un incendie de forêt échappant à tout contrôle dans l'Ouest canadien a provoqué une évacuation forcée. (Vendredi 25 août 2017)

Twitter/@KlaudiaGlobal
Dix-neuf feux de forêt ont fusionné en un seul brasier, le plus grand jamais vu en Colombie-Britannique. (Mardi 22 août 2017)

Dix-neuf feux de forêt ont fusionné en un seul brasier, le plus grand jamais vu en Colombie-Britannique. (Mardi 22 août 2017)

Les autorités canadiennes ont évacué samedi soir la ville de Clinton et ses environs, en Colombie-Britannique, région en proie aux feux. (Dimanche 30 juillet 2017)

Les autorités canadiennes ont évacué samedi soir la ville de Clinton et ses environs, en Colombie-Britannique, région en proie aux feux. (Dimanche 30 juillet 2017)

Keystone

Les feux ont continué mardi de ravager les forêts de Colombie-Britannique (ouest) et, si certains habitants ont pu regagner leur domicile, le nombre d'évacués n'a cessé d'augmenter pour atteindre près de 46'000 personnes.

A travers cette province de la côte Pacifique, 155 feux étaient toujours actifs, dont 15 représentant «une menace réelle pour des communautés», a dit Kevin Skrepnek, porte-parole des services locaux de lutte contre les incendies de forêt.

Plus de 327'000 hectares de friches et forêts ont brûlé depuis le mois d'avril, mais principalement depuis début juillet.

Les premiers habitants rentrent chez eux

Un millier d'habitants de Cache Creek, à une centaine de kilomètres à l'ouest de Kamloops, ont commencé mardi à rentrer chez eux, soit onze jours après avoir fui devant l'avancée des flammes.

«Les habitants doivent se rappeler que la bourgade de Cache Creek reste en alerte d'évacuation» car l'incendie d'Ashcroft, l'un des plus importants de la province, reste actif plus au sud et n'est toujours pas maîtrisé, ont souligné les autorités régionales.

Les familles rentrées chez elles devaient recevoir dès mercredi une aide d'urgence de 600 dollars canadiens de la Croix-Rouge, a indiqué Robert Turner, un responsable gouvernemental.

A Kamloops, ville d'environ 100'000 habitants à 350 km au nord-est de Vancouver, les volontaires et services de secours se sont organisés pour accueillir des milliers de sinistrés: distribution d'eau et de vivres sous des chapiteaux en toile, les évacués peuvent aussi recevoir des conseils ou remplir des dossiers d'indemnisation.

3000 pompiers

Des centaines de lits de camp ont été disposés dans l'immense gymnase pour accueillir les sinistrés, venant parfois d'aussi loin que Williams Lake à 300 kilomètres au nord-ouest. Près de 3000 pompiers assistés par 220 hélicoptères et avions combattent ces feux et des renforts devaient encore arriver dans la journée, notamment en provenance de la côte Atlantique.

Plus à l'est des Rocheuses, les feux ont forcé la fermeture de certaines parties des parcs naturels nationaux les plus prisés, comme celui de Banff, en Alberta. Une partie de ce parc, visité chaque année par près de quatre millions de touristes, est interdite d'accès depuis lundi.

La province de l'ouest canadien, comme la Californie dans les Etats-Unis voisins, est régulièrement la proie des flammes. L'ampleur des feux cette année s'approche des gigantesques feux en 2003 qui avaient forcé plus de 50'000 personnes à abandonner leur logement.

(ats)

Ton opinion