Publié

Fiscalité«Pas question de lancer un référendum cantonal»

Le président de la Conférence latine des directeurs cantonaux des finances Maurice Tornay réagit pour la première fois à la signature de la convention sur les successions que la Suisse a signée avec la France.

par
Le Matin Dimanche
Maurice Tornay estime que la convention avec la France est une aberration, mais veut laisser le Parlement faire son travail.

Maurice Tornay estime que la convention avec la France est une aberration, mais veut laisser le Parlement faire son travail.

Sedrik Nemeth

Pour le grand argentier valaisan, qui s'exprime au nom des autres cantons latins qu'il préside, la convention signée cet été par Eveline Widmer-Schlumpf avec la France est une aberration, mais il refuse pourtant de parler, pour l'heure, d'un référendum cantonal. «Je n'aime ni les menaces, ni les mesures de rétorsion», explique Maurice Tornay dans une interview.

Bouleversement du système fiscal

Pour le ministre PDC, c'est auprès du parlement fédéral que les cantons doivent désormais faire preuve de persuasion. Et les signaux seraient au vert, selon lui, pour que les chambres fédérales disent non. Pour le conseiller d'État, la convention est une complète révolution de notre système fiscal. «Imaginez l'ambiance: un fils qui a le bonheur de trouver l'amour à Berlin et qui hérite sans impôt et une fille qui, elle, a le malheur de tomber amoureuse à Paris et paie un impôt jusqu'à 45%!»

Pour en savoir plus, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel.

Ton opinion