Commentaire - Pascal Couchepin et Jésus-Christ contre le CO₂
Publié

CommentairePascal Couchepin et Jésus-Christ contre le CO₂

Après avoir critiqué les ONG à propos des multinationales, l’ancien conseiller fédéral se lance avec elles pour sauver le climat.

par
Eric Felley
Pascal Couchepin: un engagement à géométrie variable pour l’environnement.

Pascal Couchepin: un engagement à géométrie variable pour l’environnement.

AFP

Servir et disparaître n’est plus de mise pour les anciens romands du Conseil fédéral. Que ce soit la socialiste Micheline Calmy-Rey ou le PLR valaisan Pascal Couchepin, les deux demeurent dans l’arène politique et leur parole est d’or. Tandis que la première commente le voyage de Guy Parmelin à Bruxelles et les errances du Gouvernement sur le dossier européen, le second se lance dans la campagne en faveur de la loi sur le CO₂, avec le mouvement #GenerationsForFuture.

Il est surprenant de trouver Pascal Couchepin aux côtés des ONG de l’Alliance climatique, lui qui avait critiqué leur rôle dans la campagne pour les multinationales responsables. Mais cela ne pose pas de problème de cohérence, notamment pour ce qui est des Églises: «Je continue à penser que les Églises, en particulier, n’ont pas à prendre position de manière directe pour ou contre un projet politique, dit-il dans «Le Matin Dimanche». Mais aujourd’hui, la question est de savoir si on fait quelque chose pour le climat ou pas. Il faut plutôt leur demander pourquoi elles sont avec moi».

Jolie pirouette pour botter en touche. Mais le PLR valaisan estime que les Églises ne devraient pas s’engager systématiquement: «Parce qu’elles sont là pour clamer Jésus-Christ, et pas un programme politique». Et pourtant, quel politicien formidable a été Jésus à son époque! Il maniait les formules comme personne: «Aimez-vous les uns les autres» ou «Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu». Il a payé de sa vie son opposition aux puissants de son temps. Puis, son message a résonné tout au long des siècles, ou il s’est modifié en fonction du contexte politique.

Aujourd’hui, avec le pape François, il a retrouvé une sensibilité sociale et environnementale plutôt marquée. Jésus aurait été du côté des zadistes de la colline du Mormont, plutôt qu’au conseil d’administration de Holcim. Du temps du Christ, la question du réchauffement climatique n’était pas d’actualité, mais d’une manière générale elle relève aujourd’hui du respect de la Création. Pascal Couchepin et Jésus-Christ se retrouvent donc dans le même camp afin de protéger le monde de la folie des hommes! Puissent-ils être entendus jusqu’en Valais, où les religions les plus en vogue aujourd’hui sont celles des 4X4, des SUV, des pick-up et des quads…

Votre opinion

73 commentaires