Argovie: Pascale Bruderer quitte le Conseil des Etats
Actualisé

ArgoviePascale Bruderer quitte le Conseil des Etats

La quadragénaire socialiste a annoncé jeudi vouloir donner une nouvelle orientation à sa carrière.

Pascale Bruderer avait notamment lancé une motion sur le durcissement des exigences en matières d'analyses prénatales.

Pascale Bruderer avait notamment lancé une motion sur le durcissement des exigences en matières d'analyses prénatales.

Keystone

La conseillère aux Etats argovienne Pascale Bruderer (PS) ne se représentera pas aux élections fédérales en 2019. Jeudi soir lors d'une réunion du parti à Spreitenbach (AG), la politicienne de 40 ans a fait savoir qu'elle comptait prendre une nouvelle orientation.

C'est la fin d'un «temps politique», a annoncé la socialiste, assurant néanmoins qu'elle s'engagera jusqu'au terme de la législature au Conseil des Etats avec toute son énergie. Elle se sent bien à la Chambre des cantons, qui place la chose politique au centre. Et elle n'a jamais dû «se courber», insiste-t-elle.

Son annonce a été applaudie par ses collègues de parti. Avec le PS également, la confiance règne, les préoccupations ayant toujours été communes. Mais «il y a une vie après», a déclaré l'Argovienne. Elle ne sait pas encore ce qu'elle fera une fois son mandat achevé, mais exclut toutefois de reprendre une fonction politique.

Plus jeune présidente du National

Pascale Bruderer s'était lancée en politique en 1997, en tant que plus jeune membre du parlement de Baden. Quatre ans plus tard, elle était élue au parlement argovien, qu'elle quittait l'année suivante - à l'âge de 24 ans - pour siéger au Conseil national suite au départ de Hans Zbinden. Par la suite, aux élections fédérales de 2003 et 2007, elle fut la femme la mieux élue.

En 2009, Pascale Bruderer était désignée présidente du National, la plus jeune de l'histoire. En tant que «première citoyenne du pays», elle faisait montre de ses capacités à construire des ponts, ce qui lui valut les louanges et la reconnaissance de tous les partis.

Son élection au Conseil des Etats, en 2011, mit fin à 63 ans de disette pour le Parti socialiste argovien. Et c'est sans problèmes qu'elle fut confirmée dans sa fonction aux élections fédérales de 2015.

Défi pour le PS argovien

Au PS, Pascale Bruderer se considère comme une modérée. Avec Daniel Jositsch, conseiller aux Etats zurichois, elle appartient à l'aile réformatrice du parti, soulignant qu'elle oeuvre en faveur «d'une Suisse sociale, ouverte et écologiste». Conseillère d'entreprise indépendante et mère de deux enfants, Pascale Bruderer a fait savoir en février 2017 qu'elle s'était séparée de son mari. Mais «nous formons toujours une famille», déclarait-elle.

La section argovienne du PS fait maintenant face à un défi: l'UDC et le PDC tenteront en 2019 de conquérir le siège qu'elle laissera vacant au Conseil des Etats. De plus, les coprésidents du parti cantonal - le conseiller national Cédric Wermuth et la députée au Grand Conseil Elisabeth Burgener - se retireront en juin.

(ats)

Votre opinion